Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cannes 2022
Roland-Garros
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Royauté

Margaux Pinot dévoile une photo choquante de son visage tuméfié : "J'ai cru mourir"

Margaux Pinot dévoile une photo choquante de son visage tuméfié : "J'ai cru mourir"
|
Par David Contreras Rédacteur
Addict aux séries sur les vampires et les zombies, il connaît tout sur vos stars préférées, avec une petite préférence pour ce qui se passe outre-Atlantique. S’il a le sang chaud des Espagnols, il garde tout de même son humour bien français et ne recule jamais devant un jeu de mot bien senti.
8 photos
Alors que son compagnon Alain Schmitt a été relaxé par le tribunal correctionnel de Bobigny, Margaux Pinot, médaillée d'or aux derniers Jeux olympiques, a décidé de s'exprimer sur Twitter. Dans une série de messages, elle donne sa version des faits et dévoile une photo impressionnante de son visage. Le parquet de Bobigny vient d'annoncer faire appel de la relaxe.

L'histoire se déroule dans la nuit de samedi à dimanche dernier du côté du Blanc-Mesnil, en Seine-Saint-Denis. La police est appelée pour une vive altercation entre la médaillée d'or aux JO de Tokyo, Margaux Pinot, et son compagnon et entraîneur, Alain Schmitt. Rapidement mis en garde à vue, l'homme de 38 ans a été entendu en comparution immédiate hier et jugé pour violences conjugales. Après avoir entendu les deux parties, la présidente du tribunal a accordé la relaxe à Alain Schmitt. "Un tribunal n'est jamais là pour dire qui dit la vérité et qui ment. En l'occurrence nous n'avons pas assez de preuves de culpabilité", a-t-elle déclaré.

J'ai été insultée, rouée de coups de poings, ma tête a été frappée au sol à plusieurs reprises

Visiblement sous le choc du jugement rendu hier, Margaux Pinot a décidé de s'exprimer sur les réseaux sociaux. La jeune femme de 27 ans a ouvert un compte Twitter où elle vient de faire une série de trois messages en lien avec cette affaire. Sur le premier d'entre eux, elle écrit : "Dans la nuit de samedi à dimanche, j'ai été victime d'une agression à mon domicile par mon compagnon et entraîneur. J'ai été insultée, rouée de coups de poings, ma tête a été frappée au sol à plusieurs reprises. Et finalement étranglée".

Une témoignage glaçant qui s'accompagne d'une photo pour le moins frappante. Un gros plan du visage de Margaux Pinot où l'on peut s'apercevoir de l'étendu des dégâts physiques sur la jeune femme. Le visage déformé, elle a l'oeil gauche complètement gonflé, le nez fracturé et de nombreuses griffures.

Une photo véritablement impressionnante qui donne une idée de la violence de cette altercation. Le récit de la judokate ne s'arrête pas là puisqu'elle détaille la suite des évènements. "J'ai cru mourir, j'ai réussi à m'enfuir pour me réfugier chez mes voisins qui ont immédiatement appelé la police. J'ai plusieurs blessures dont une fracture au nez et 10 jours d'Interruption Temporaire de Travail", détaille-t-elle, avant de s'en prendre à la décision du tribunal : "Aujourd'hui la justice a décidé de le relaxer".

Que manquait-il ? La mort au bout, peut-être ?

Effondrée par le jugement rendu dans cette affaire, Margaux Pinot se questionne sur la façon dont la justice a été rendue. "Que vaut leur défense calomnieuse face à mes blessures, et le sang jonchant le sol de mon appartement ? Que manquait-il ? La mort au bout, peut-être ? C'est probablement le judo qui m'a sauvé. Et mes pensées sont aussi pour celles qui ne peuvent pas en dire autant".

Le parquet fait appel de la relaxe

Un récit poignant de la part de la judokate, sous le choc face à la décision de justice à l'encontre de son ancien compagnon. D'ailleurs, il y a quelques minutes, le parquet de Bobigny a annoncé qu'il allait faire appel de la relaxe. Ce dernier avait requis un an de prison avec sursis pour "des violences très graves, même pour un primo-délinquant", mais n'avait pas été entendu par le tribunal.

L'affaire est donc relancée et les prochains jours devraient être assez mouvementés.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image