Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Meurtre de Facundo Cabral: Le cerveau de l'attentat, dirigeant de cartel, arrêté

Tué dans une embuscade dressée à l'aéroport de Guatemala le 9 juillet 2011, le populaire chanteur argentin Facundo Cabral, mort sous les balles destinées à son impresario Henry Fariña qui conduisait leur véhicule, avait laissé une Amérique latine endeuillée. Depuis quelques heures, elle suit désormais avec attention les suites de l'affaire, avec l'arrestation de l'auteur présumé de ce meurtre...

La police colombienne a annoncé mardi 13 mars 2012 avoir interpellé samedi le trafiquant de drogue costaricien Alejandro Jimenez Gonzalez, dit "Le Blafard", soupçonné d'être à l'origine du mitraillage dans lequel Facundo Cabral a péri. Considéré comme l'un des principaux dirigeants des cartels de drogue d'Amérique centrale, Alejandro Jimenez Gonzalez, 38 ans, était sous le coup d'un mandat d'arrêt international et a été appréhendé à sa descente d'un bateau en provenance du Panama, au port de Baiha Solano. Il pourrait désormais être extradé vers le Guatemala pour y répondre d'homicide ou au Costa Rica où il est en cause pour blanchiment d'argent.

Facundo Cabral, qui avait été nommé messager de la paix auprès de l'Unesco en 1996, devait quitter le Guatemala pour le Nicaragua, dans le cadre de la tournée qu'il menait, le jour où il a succombé sous les balles des hommes de Gonzalez, attentat dont ses gardes du corps, installés dans un autre véhicule, ont réchappé.

Starisé dans les années 1970 par sa chanson No soy de qui ni soy de alla (Je ne suis ni d'ici ni d'ailleurs), emblématique de la condition de globe-trotter et de citoyen du monde qu'il revendiquait, Facundo Cabral était admiré, outre pour ses talents artistiques, pour son tempérament téméraire et son histoire personnelle fascinante, lui qui, abandonné comme sa mère et sa fratrie par son père, s'était débrouillé pour parcourir 3000 km jusqu'à Buenos Aires, âgé de 9 ans, dans le but de quémander du travail auprès du président Juan Domingo Peron et son épouse Eva.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel