Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Miss France 2016 : Une Miss destituée à cause de ses tatouages...

La jolie Ornella Bellorti, Miss Toulouse 2015, en lice pour le concours de Miss Midi-Pyrénées, a été destituée. La raison de cette décision : la jolie brune a le corps tatoué...

Tout avait pourtant si bien commencé pour Ornella Bellorti. Le 21 mars dernier, à Launaguet, elle était élue Miss Toulouse 2015, décrochant l'opportunité de concourir à l'élection régionale de Miss Midi-Pyrénées et, en cas de succès, à la grande élection de Miss France 2016... Cependant, le rêve a rapidement fait place à la désillusion, avec la décision du comité de Midi-Pyrénées de l'exclure de l'élection du 9 octobre prochain pour non-respect du règlement.

La raison de cette décision : la jolie Centrafricaine de 23 ans arbore sur son corps plusieurs tatouages. Antoine Lima, directeur du comité Midi-Pyrénées pour Miss France, a jugé que les symboles n'étaient pas suffisamment discrets et, de fait, ne respectaient pas scrupuleusement le règlement auquel les Miss doivent se soumettre. Une décision d'autant plus surprenante qu'Ornella a déjà participé à l'élection régionale l'année dernière, sans encombre malgré ces mêmes tatouages, terminant d'ailleurs quatrième dauphine de Miss Midi-Pyrénées 2014.

Révoltée, la jeune femme a décidé de prendre la parole au micro de l'antenne régionale Midi-Pyrénées de France Bleu : "J'ai un tatouage sur chaque poignet, un autre sur le haut de la poitrine et un dernier en haut du dos. Lors de la présélection pour Miss Toulouse, j'avais bien signalé l'existence de ces tatouages."

Avec nos confrères de Non Stop People, elle soulève quelques interrogations légitimes : "Pourquoi, l'année dernière, mes tatouages ne leur avaient pas posé de problème ? Pourquoi cette année ils se réveillent subitement ? Je me sens comme un pion. C'est de la magouille et je n'ai pas peur de le dire", s'est indignée celle qui suit actuellement des études de puériculture.

Sur Facebook, la jeune femme va encore plus loin. Elle accuse la marque Miss France de tomber dans une forme de discrimination sociale. "Je serais la nièce de Yannick Noah ou la soeur de Rama Yade ou encore la soeur de Thierry Henry, je pense que je serais encore dans la compétition. Mieux, j'aurais déjà mon ticket pour la finale de Miss France", croit-elle, sans argument pour étayer son jugement. Soulignant bien qu'elle s'estime victime de discrimination sociale, en tant que fille d'ouvrier, et non de racisme, elle assène : "Il ne faut pas se leurrer je sors de nulle part je viens de rafler trois écharpes deux couronnes il fallait bien me stopper (ça serait pareil pour une blanche qui vient du même milieu social que moi et qui dérange, je pense qu'elle subirait la même chose) (...) Chez le comité miss France, c'est une question de milieu SOCIAL, le PRÉTEXTE des tatouages a été trouvé si j'avais un parent issue du milieu qui finance derrière, mes tatouages on en parlerait même pas."

A l'été 2013 déjà, une Miss avait fait l'objet d'une destitution contestée : Sandra Lasserotte avait été annoncée victorieuse au concours de Miss Périgord 2013 avant d'être destituée quelques minutes plus tard face à la gronde des spectateurs de la salle... Puis, en novembre 2014, une autre Miss avait dû tirer un trait sur ses rêves de victoire : Julie Campolo (23 ans), élue en octobre dernier à Saint-Dizier pour représenter la région Champagne-Ardennes, voyait son titre annulé. La raison ? Elle s'est présentée cinq fois à une élection régionale alors que le règlement est très clair sur cette question : une aspirante à Miss France ne peut concourir aux sélections régionales que trois fois au maximum.

Joachim Ohnona

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos

Adeline Blondieau invitée de "Ça commence aujourd'hui" vendredi 22 mai 2020 - France 2
Marlène (Mariés au premier regard) et son compagnon Sébastien dans "Tous en cuisine" - M6, 27 mai 2020
Dimanche 14 juin 2020, le président de la République Emmanuel Macron s'est adressé aux Français et a notamment annoncé que les restaurant pouvaient réouvrir. Philippe Etchebest a une fois de plus fait part de son inquiétude lors d'une interview réalisée pour France 2.
Olivier Giroud avec sa fille Jade dans "Tous en cuisine avec Cyril Lignac" sur M6, le 12 mai 2020.
Le clash entre Gauthier El Himer, Julien Guirado et Dylan Thiry (juillet 2020).
Cyril Hanouna et ses chroniqueurs reviennent sur la décision de Doc Gynéco dans "Touche pas à mon poste" (C8), septembre 2020.
Michel Drucker évoque Guy Bedos et son ex femme Sophie Daumier dans le documentaire Signé Mireille Dumas : Guy Bedos en toute liberté, sur France 3, le 29 mai 2020
Anaïs Baydemir retourne à l'antenne après son congé maternité - 20 juillet 2020, France 2
David Ginola explique l'absence de Sugar Sammy dans l'émission spéciale "Incroyable talent" du 18 mai 2020, sur M6
Julien Cohen se moque de Caroline Margeridon dans "Affaire conclue" - 6 juillet 2020, France 2
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel