Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

OM-Joey Barton : Un bad boy du ballon rond totalement fou à Marseille

Si le Paris-Saint-Germain a réalisé l'un des plus jolis coups du mercato estival avec l'arrivée de Zlatan Ibrahimovic, l'Olympique de Marseille pourrait s'offrir l'un des plus beaux coups de cette fin de marché... Joey Barton, milieu international anglais, a débarqué ce mercredi 29 août dans le Sud et a fait part de son envie de jouer pour Marseille aux médias locaux, usant de son compte Twitter pour faire vivre à ses fans sa journée en live.

Le club phocéen serait en effet en discussions avec le milieu des Queens Park Rangers, joueur racé, élégant, technique et doué, mais considéré comme le plus dingue, le plus violent et le plus incontrôlable de l'histoire de la Premier League anglaise. Un personnage unique qui relègue au rang de premier de la classe un Mario Balotelli pourtant doué en matière de dérapages.

Ses coéquipiers pour défouloir

Car à 29 ans, Joey Barton possède un CV long comme le bras en matière de pétage de plombs. Tout le contraire de sa carrière footballistique qui aurait pu, aurait dû, le conduire aux portes des plus grands clubs du championnat local.

Mais voilà. Le natif de Huyton dans la banlieue de Liverpool n'aura jamais l'occasion de réussir dans un grand club. Formé à Manchester City où il fait ses classes et dispute 153 matches sous les couleurs des Citizens, Joey Barton se fait remarquer par ses qualités techniques au milieu de terrain, mais également sur sa proportion à récolter cartons jaunes et rouges chaque saison pour un total aujourd'hui porté à 74, toutes couleurs confondues.

Son premier fait d'armes hors pré vert survient lors du Noël 2004. L'un de ses partenaires, Jamie Tandy, ne trouve rien de mieux à faire que de brûler son T-shirt. Bien évidemment, Joey Barton trouve la plaisanterie douteuse et décide à son tour de faire une bonne blague en écrasant son cigare, allumé bien évidemment, dans l'oeil du bout-en-train. Et visiblement, les coéquipiers de Joey Barton semblent être des victimes expiatoires parfaites.

En mai 2007, lors d'un entraînement et après un tacle qu'il juge un peu viril du Français Ousmane Dabo, il se jette sur ce dernier, le met K.-O., le plaque au sol et se sert de sa tête comme d'un punching-ball sous le regard horrifié de ses partenaires. L'image d'un Ousmane Dabo défiguré, qui passe tout près de perdre un oeil, fait le tour du monde. En juillet 2008, lors du procès au pénal, il écope de quatre mois de prison avec sursis et de deux cents heures de travaux d'intérêt général, alors que la Fédération le condamne à 12 matches de suspension et 30 000 euros d'amende.

Bastons en famille

2007 est décidément une année faste pour le joueur. Lors du Boxing Day, ce fameux jour de championnat qui se déroule entre Noël et le Jour de l'an, Joey Barton prend l'appellation au pied de la lettre. Il est 5h dans les rues de Liverpool, le Britannique vient d'écluser plusieurs litres de boissons alcoolisées en compagnie de son frère et de son cousin. Pour célébrer on ne sait trop quoi, il s'embrouille avec un quidam, avant de le frapper une vingtaine de fois. Puis, son forfait réalisé, c'est un pauvre étudiant de 16 ans qui subit les douces caresses de Joey Barton. Résultat, mâchoire brisée pour le jeune garçon qui ne faisait que passer. Toute la scène est immortalisée sur les bandes de surveillance et le bad boy écope de six mois de prison ferme pour ne passer au final que 77 jours derrière les barreaux. Un mal pour un bien puisque le milieu de terrain y soigne son addiction à l'alcool et qu'il serait désormais abstinent.

Dans la famille Barton, Joey n'est pas le seul barré de la famille. Son frère Michael et l'un de ses cousins se sont rendus coupables d'un meurtre effroyable en 2005. Notoirement racistes, ces derniers ont tué un jeune Noir de 18 ans à la hache. Un fait divers glauque à souhait qui poussera Joey Barton à passer à la télé pour tenter de ramener son frère, alors en fuite, à la raison : "Tu dois le faire pour que la famille Walker puisse faire son deuil d'Anthony et parce que tu sais, au fond de toi, que c'est la chose à faire."

Folie sur les prés verts

Mais la rue n'est pas le seul terrain d'expression de Joey Barton, père de famille respectable s'il en est. Les pelouses de Premier League le sont également. Provocations, bastons, insultes, le milieu de 172 cm cultive son art aussi bien à Manchester City qui, lassé de ses frasques, le cède à Newcastle où il devient l'idôle des supporters, avant d'être envoyé au Queens Park Rangers par des dirigeants peu enclins à garder un joueur de cette trempe et au caractère imprévisible.

Outre ses coups de folie, Joey Barton est également capable de coups de génie sur un terrain, plantant des buts à nul autre pareils ou distillant des passes millimétrées à ses partenaires. Mais le milieu de terrain qu'a vu débarquer la Canebière n'est jamais à l'abri d'une rechute. Dernière en date ? Un gros coup de folie lors de l'ultime match de championnat de Premier League la saison dernière.

Joey Barton et les Queens Park Rangers jouent à Manchester City qui a absolument besoin d'une victoire pour décrocher le titre de champion au nez et à la barbe des voisins honnis de United. Sauf que c'est bien QPR qui mène sur le terrain des Citizens, le club qui a vu grandir Joey Barton. Alors quand City se met à scorer, le capitaine londonien place un bon coup de coude dans la glotte de Carlos Tevez, puis profite de la mêlée générale pour placer un coup de genou sur Sergio Agüero avant de s'embrouiller verbalement avec toute l'équipe de City... Résultat : 93 000 euros d'amende, 12 matches de suspension et un détour par le petit club de Fleetwood en quatrième division pour préparer la saison.

Une bien belle recrue pour l'OM et la Ligue 1, donc...

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel