Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
Star Academy
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
Bons plans
NEWSLETTER

Peggy Koscinzuck, tuée par son compagnon : ses parents ulcérés, le tueur s'est installé près de chez eux !

Peggy Koscinzuck, tuée par son compagnon : ses parents ulcérés, le tueur s'est installé près de chez eux !
Par Mafalda Betty Rédactrice
Citoyenne du monde qui adore les blind tests des années 90, elle se passionne pour les histoires de cœur avec ou sans happy end des personnalités françaises et internationales.
Illustration de l'intérieur du tribual de Charleville-Mézière où pourrait se dérouler le procès en appel de Rudy Pacault, qui a poignardé sa compagne Peggy Koscinzuck
Comment vivre non loin de celui qui a tué votre fille ? C'est la question que se posent les parents de Peggy, assassinée par son compagnon en 2011. Libéré dans l'attente de son procès en appel, il a pu s'installer à quelques kilomètres de ceux qu'il avait également menacé le soir du drame. Ils s'expriment dans les colonnes du "Parisien".

C'est la double peine pour les parents de Peggy Koscinzuck, tuée à 36 ans par celui qui était à l'époque son compagnon, Rudy Pacault le 28 juillet 2011. Non seulement, ils sont face à la libération du tueur de leur enfant, mais ce dernier s'est installé à 5km du domicile de la famille de sa victime, dans le village de Frignicourt (Marne). La mère de Peggy, Françoise, et son mari, beau-père de la jeune femme décédée, Philippe, ont témoigné dans les colonnes du Parisien-Aujourd'hui en France. "Il a poignardé ma fille sous mes yeux. C'est insurmontable d'imaginer que je puisse le croiser à chaque fois que je vais faire mes courses", dira la maman éplorée. De son côté, l'avocat de l'accusé n'a pas souhaité réagir.

Françoise Algisi, épuisée psychologiquement n'en dormant plus la nuit, ne comprend pas comment le coupable peut refaire sa vie près du lieu du drame, sans parler des conditions de son jugement. Rudy a fait 13 mois en détention puis a été "libéré en attendant son procès aux assises qui n'aura finalement lieu qu'à la fin de l'année... 2021", précise le quotidien. Cette année-là, il est condamné à 15 ans de réclusion, mais fait appel. Il est libéré six mois plus tard de la maison d'arrêt de Reims, en juin 2022, en attendant la nouvelle audience.

Pour la mère de Peggy, savoir que le tueur continue sa vie, "sous prétexte qu'il peut justifier d'un travail et d'une adresse", est inconcevable alors qu'il a brisé la vie de sa fille, et la sienne. Son mari explique leurs angoisses : "Dès que j'entends une voiture passer dans l'allée, je me demande si c'est lui. Je ne cesse de regarder autour de moi quand je sors. La nuit du meurtre, il voulait nous tuer aussi. Je me dis qu'il a peut-être envie de finir ce qu'il a entrepris."

Une nuit d'horreur

Le couple a été témoin du terrible drame. Une nuit d'horreur il y a onze ans mais dont le souvenir reste limpide. Tandis que les enfants de Peggy et Rudy dormaient à l'étage dans la maison de leurs grands-parents, le couple est revenue d'une soirée. Rudy a pris un couteau de cuisine et est monté à l'étage. "Je dormais à moitié mais j'avais conscience qu'ils étaient rentrés. J'ai entendu le tiroir de la cuisine s'ouvrir, jusque-là rien d'anormal. Puis des cris. J'ai reconnu la voix de Peggy", raconte le beau-père de la victime. Le couple a accouru dans la chambre, le tueur voulait s'en prendre à eux mais Peggy s'est interposée. Celui qui n'avait pas "l'air fou" d'après le récit des parents est ensuite descendu avec sa fille dans les bras. Elle avait 5 ans à l'époque. Les secours sont arrivés mais elle n'a pas survécu à ses blessures.

La fin dramatique d'un couple qui se fréquentait depuis quatorze ans, quand ils étaient adolescents. Selon les proches du couple, "il y avait des hauts et des bas, comme dans n'importe quelle relation, mais rien n'a jamais laissé présager que le père de famille puisse un jour en arriver là". L'homme avait une maîtresse, ont découvert les enquêteurs, et celle-ci se prénommait aussi Peggy et c'était chez elle que le couple avait dîné le soir du meurtre.

La famille de Peggy attend que la justice fasse son travail - trop lentement s'insurge leur avocat -, choquée que le meurtrier n'ait passé que dix-neuf mois en prison seulement en dix ans et puisse s'installer près de la maison où a eu lieu la tragédie, l'ordonnance restrictive l'empêche d'être à moins de 5km seulement. Le procès en appel doit avoir lieu d'ici la fin de l'année 2022.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image