Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Rachida Dati, son mariage arrangé : "C'est mortel, on l'emmène à l'abattoir"

11 photos
Lancer le diaporama
Un jour un destin de Laurent Delahousse sur France 2 du 27 septembre 2015 revient sur le mariage arrangé de Rachida Dati en 1992. Ses proches témoignent.
A 26 ans, en 1992, Rachida Dati s'est mariée. Un mariage qu'elle ne désirait pas, mais auquel elle a cédé pour ses parents, avant de faire annuler l'union au bout de trois ans.

Dimanche 27 septembre, le destin de Rachida Dati était passé au crible dans l'émission de Laurent Delahousse, Un jour un destin. Outre sa trajectoire politique, l'émission s'est intéressée à la femme, qui fut notamment victime d'un mariage arrangé...

C'est mortel, on dirait qu'on l'emmène à l'abattoir

Elle avait raconté sa vie, loin d'être un long fleuve tranquille, dans une biographie poignante, Fille de M'Barek et de Fatim-Zohra, ministre de la Justice. De cette histoire de mariage arrangé et annulé, que l'ancienne ministre de la Justice avait accepté pour ses parents, elle dira : "Pourquoi pas lui, en effet. Dans l'ivresse de l'été, je m'en­tends dire oui à mes parents."

Dansle numéro d'Un jour un destin qui lui était consacré, ses proches racontent ce terrible jour où elle s'est engagée avec un quasi inconnu. "C'est mortel, on dirait qu'on l'emmène à l'abattoir", raconte son amie Catherine Poiret, qui, alors, "lui file un petit Lexomil". "Elle sent que ça va être une espèce de prison", entend-on. "Quand elle se met à monter les marches, c'est une mariée avec des larmes", décrit Valérie Parize.

Ce 14 novembre 1992, Rachida Dati doit épouser un homme qu'elle connaît à peine, pour ses parents, pour qui "c'était un drame d'avoir une fille de 26 ans qui n'est pas mariée", confie l'une de ses amies. "A l'époque, elle a des aven­tures, c'est extrê­me­ment mal vu par sa famille", ajoute une autre.

Alors, en ce jour de mariage à la mairie, l'heure n'est pas à la fête. L'ambiance est lourde, pesante. Et alors que tout le monde a pris place, la mariée se fait attendre. A son arrivée, l'une de ses amies lui demande de faire "machine arrière"... "Non, ce n'est pas possible", répond celle qui allait devenir maire du 7e arrondissement de Paris. Devant l'adjointe au maire qui lui pose la traditionnelle question de savoir si elle souhaite prendre pour époux "untel", Rachida Dati répond par le silence. Elle se retourne auprès de sa mère pour y chercher une réponse, "pour ne pas dire oui, pour ne pas dire non". "Elle n'avait surtout pas envie de dire oui", juge l'adjointe au maire.

Ça aurait pu être pire

"Elle jette une petite oeillade à sa maman pour qu'elle lui donne le courage. Sa mère n'ar­rête pas de dire : 'Allez Rachida, dis oui, dis oui  !' et son père la fusille du regard... Il y a comme une espèce de petit bruit, qui fait dire à l'adjointe : 'Je consi­dère ça comme un oui.' ", racontent les amies de Rachida Dati. La voilà mariée. Mais dès le lendemain, Rachida Dati fait tout pour annuler ce mariage, et se lance dans une bataille qui durera trois années. Trois années pour que la justice accorde à la maman de la petite Zohra sa liberté...

"C'est quelque chose dont je n'ai jamais parlé à personne, confie-t-elle à Laurent Delahousse. C'était quelque chose que mes parents avaient souhaité (...) J'ai accepté. Le jour même j'ai compris que ce n'était pas ça. Le jour même j'ai cherché à faire annuler ce mariage. J'ai eu un tiraille­ment parce que je ne suis pas dans ces senti­ments et pour moi, l'ins­ti­tu­tion du mariage est quelque chose de sacré. Ce sont des choses sur lesquelles je ne me suis jamais épanchée (...) Ça aurait pu être pire."

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel