Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Skyrock en crise : Retour sur l'éviction retentissante de son fondateur...

Skyrock, la station est en crise depuis l'éviction mardi 12 avril de son fondateur Pierre Bellanger.
5 photos
Lancer le diaporama

Au conseil d'administration de Skyrock, l'actionnaire principal Axa Private Equity a décidé, mardi, d'évincer le fondateur et PDG Pierre Bellanger. L'homme qui a créé la station il y a 25 ans, qui a anticipé le potentiel du web en hébergeant les fameux skyblogs, demeure président mais n'a plus aucun pouvoir, lesquels sont confiés au nouveau directeur général, Marc Laufer.

Skyrock, citadelle imprenable

Mercredi, Laufer n'a pas pu rentrer dans les locaux. Une soixantaine d'employés organise la résistance à l'antenne et sur la toile pour soutenir Pierre Bellanger. Des auditeurs font le pied de grue devant la station rue Grenéta à Paris. Marc Laufer tente de calmer les esprits dans une vidéo de DécideursTV, sur LePoint.fr et dans Le Figaro : "Skyrock est une belle radio. Son format, fondé sur le rap, le r'n'b et la libre antenne fonctionne. C'est un vrai succès d'audience. Je veux conserver le format actuel de Skyrock (...) Je viens travailler avec les équipes en place et il n'y a aucune suppression de poste envisagée. La problématique de Skyrock aujourd'hui est le développement commercial du groupe, et non pas la réduction des coûts."

Marc Laufer arrive pourtant du groupe NextRadioTV (RMC, BFM...), avec une réputation de "cost-killer". Selon Laurent Bouneau, directeur général des programmes, Laufer est là pour suivre un plan imposé par Axa : "Axa avait demandé à Pierre Bellanger de faire un plan d'économie, qui correspondait à la suppression de 50 postes, et qu'il a refusé."

Ce jeudi matin, Marc Laufer n'a toujours pas pu prendre officiellement ses fonctions chez Skyrock. Il espère pouvoir enfin rejoindre son nouveau bureau d'ici cette après-midi. À nos confrères de Puremédias, le nouveau directeur général assure "qu'il n'y a pas de plan machiavélique pour Skyrock" ! "Je pense qu'il y a beaucoup d'émotion autour de ma nomination (...) C'est toujours compliqué d'arriver dans une entreprise, là c'est plus complexe que d'habitude mais je ne suis pas inquiet, ça va se calmer. Je suis persuadé que les équipes vont se reprendre en main. Et elles vont vite comprendre que je ne suis pas là pour nettoyer mais construire avec elles."

À vendre !

Le raffut autour de cette affaire mobilise la classe politique. Le socialiste Malek Boutih est directeur de relations institutionnelles de Skyrock, grâce à son intervention les figures du PS se bousculent pour apporter leur soutien à Pierre Bellanger : François Hollande, mercredi soir, Jack Lang, Benoît Hamon ce jeudi matin, mais aussi l'actuel président de SOS Racisme, Domnique Sopo.

La vraie peur des salariés, c'est que Marc Laufer soit nommé afin de préparer la vente de la station. Skyrock est en effet à vendre depuis le mois de décembre 2010, mais les derniers chiffres accusent une baisse entre 2009 et 2010, passant de 40 à 32,7 millions d'euros de chiffres d'affaires, et dégageant un résultat légèrement négatif. Une tendance que se doit de redresser Marc Laufer. D'après Libération, le réseau de Skyrock pourrait intéresser NextRadioTV, TF1 ou encore Bolloré (Direct 8,...).

Difool, animateur et directeur de l'antenne de Skyrock, s'inquiète de l'avenir dans Libération : "Il y aura toujours un programme qui s'appellera Skyrock. Mais avec quelle musique ? Quel message ? Et quelles valeurs à l'antenne ?" Le départ de Pierre Bellanger, c'est un peu le départ du gardien du temple, assure Laurent Bouneau : "Quand on a la chance d'avoir un patron brillant, qui a une vision (...) et quand une personne qui incarne à ce point sa société est évincée, on sait ce que ça veut dire pour cette société. C'est comme Apple sans Steve Jobs."

En 1985, Steve Jobs est évincé d'Apple, sa propre société. L'année suivante, il fonde avec deux anciens de Lucasfilms les studios Pixar (Toy Story, Cars, Wall-E...). Il revient en sauveur chez Apple en 1997 pour faire de la marque à la pomme ce qu'elle est aujourd'hui... Un état d'esprit ! Aujourd'hui c'est l'esprit Skyrock qui est en danger.

Nicolas Nieto

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image