Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Tristane Banon : "Bal des Hypocrites", son livre sur l'Affaire DSK !

6 photos
Lancer le diaporama

Aucune information n'avait filtré. C'est contre toute attente que Tristane Banon publiera le 13 octobre Bal des hypocrites, un ouvrage édité au Diable Vauvert, dans lequel la journaliste de 32 ans raconte comment elle a vécu "l'Affaire DSK" . Elle y raconte "ce qui l'a conduite à porter plainte contre Dominique Strauss-Kahn pour tentative de viol", comme le relate le site du Nouvel Observateur. Une nouvelle qui tombe à pic... dans le tempo !

Jeudi 29 septembre, Tristane Banon, auteure de nouvelles et de trois romans - J'ai oublié de la tuer, Trapéziste, mais aussi Daddy Frénésie et un essai journalistique Erreurs avouées au masculin - était confrontée à Dominique Strauss-Kahn durant deux heures dans les locaux de la BRDP à Paris. Le soir même, la jeune femme était sur le plateau du journal télévisé de TF1, où elle a rappelé qu'elle maintenait l'accusation de tentative de viol : "Bien sûr, j'ai maintenu mes accusations et je suis heureuse de cette confrontation (...) Je pensais sincèrement qu'il s'excuserait. Il n'a même pas osé de me regarder."

Le Bal des hypocrites de Banon ne s'annonce pas comme un récit de ce que l'ex-président du Fonds monétaire international de 62 ans lui aurait fait subir en 2003. Dans cet ouvrage de 126 pages, Tristane Banon semble plutôt vouloir régler ses comptes. Son éditeur présente ainsi le livre de Banon : "une magnifique écriture de femme blessée, une sincérité totale pour ce bouleversant "J'accuse". Avec une dignité et une sincérité qui forcent l'admiration, elle raconte ici ces six semaines au cours desquelles sa vie a basculé." Six semaines nommées aujourd'hui simplement : "L'Affaire DSK".

Ainsi, dans le Bal des hypocrites, l'auteure raconte : ""L'Affaire", c'est juste une vie qu'on a jetée à la poubelle. Seulement ma vie que l'on a cassée comme on déchire un dessin raté. Finalement, ce n'est rien, ou pas grand-chose, mes tripes que des journalistes ont tricotées comme de la laine pour se faire un pull pour l'hiver. De ceux que l'on porte sans se soucier de qui crèvera de froid dehors, sans se soucier de la peine que ça fait, à l'intérieur, de n'être qu'un lapin face aux chasseurs." Étonnantes critiques venant d'une journaliste, pigiste pour Paris Match ou encore Le Figaro.

Lors de la confrontation avec DSK, la jeune femme, qui a porté plainte en juillet 2011 contre DSK pour tentative de viol, a maintenu ses accusations, mais a toutefois reconnu que huit ans après les faits allégués, "la preuve matérielle, elle n'existe pas". Elle a ainsi confié à Laurence Ferrari : "Je pensais sincèrement qu'il s'excuserait. Il n'a même pas osé de me regarder." Tristane Banon a également certifié avoir soulevé, devant les policiers, les différentes incohérences de la version des faits livrée par l'ancien patron du FMI. "Je ne peux pas croire que toutes les incohérences (...) n'éveillent pas la suspicion du parquet", a-t-elle confié. Au bord des larmes, l'écrivaine a conclu : "Je suis certaine qu'il m'aurait violée si je n'avais pas réussi à m'échapper".

Pour expliquer les raisons qui l'ont amenée à porter plainte en 2011, pour des faits qui se seraient déroulés en 2003, la jeune femme explique, comme elle l'a déjà souligné, qu'à l'époque, "ce n'était pas possible, vu la situation de M. Strauss-Kahn". Dominique Strauss-Kahn, libéré de toute poursuite au pénal aux États-Unis après l'abandon de toutes les charges par le procureur de Manhattan, reste néanmoins confronté à une procédure civile.

En France, le procureur a le choix entre deux options : considérer que c'est une "tentative d'agression sexuelle", dans ce cas, les faits sont prescrits, ou confier le dossier à un juge d'instruction en ouvrant une information judiciaire pour "tentative de viol". Tristane Banon a confirmé ce soir que si le dossier est classé sans suite, elle se constituera partie civile, donc un juge d'instruction sera nommé. L'enquête prémiminaire vient d'être déposée au bureau du procureur... Nous attendons sa décision.

Une chose est sûre, le livre de Tristane Le Bal des hypocrites risque de se vendre comme des petits pains...


Chloé Breen

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel