Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Victoria Abril en roue libre sur le "coronacircus" : sans masque, elle assume être complotiste

13 photos
Voir 13 photos
Victoria Abril en roue libre sur le "coronacircus" : sans masque, elle assume être complotiste
Nos confrères espagnols n'ont pas hésité à qualifier de "désastre" la prise de parole de Victoria Abril sur ce qu'elle appelle le "coronacircus". En tenant des propos complotistes et en ne portant pas de masque, l'actrice a crée une réelle polémique lors de la remise des prix Feroz, à Madrid.

Le complotisme atteint de plus en plus de personnalités, surtout depuis la crise de la Covid-19. Après des appels au non port du masque ou le partage d'un documentaire mensonger, voilà que Victoria Abril met en doute l'efficacité des vaccins. Lors d'une conférence de presse tenue le jeudi 25 février 2021, pour sa réception du prix Feroz du cinéma espagnol à Madrid, l'actrice de Clem est apparue sans masque. Une volonté de sa part.

C'est là qu'elle a évoqué ce qu'elle appelle le "coronacircus" - guère éloigné de ce que le clivant élu d'extrême droite, Florian Philippot appelle de son côté la "coronafolie" - comme l'ont rapporté nos confrères de La Vanguardia. "Elle était la seule à ne pas porter le masque devant les photographes, certains de ceux qui l'accompagnaient se sont ostensiblement éloignés d'elle", décrivent-ils. "Ce n'est pas le Covid, c'est un coronacircus. J'en ai assez de cette farce. On ne peut pas vivre dans la peur", a assuré Victoria Abril. Pour rappel, l'Espagne compte à date presque 70 000 morts et plus de 3 millions de personnes contaminées par le virus...

"Il y a d'abord eu le variant anglais, puis brésilien, puis le sud-africain", énumère-t-elle en critiquant au passage le président français Emmanuel Macron pour avoir "attaqué" ses "libertés fondamentales". Victoria Abril assure alors vouloir quitter la France afin de rester habiter en Espagne, à Malaga, pour "pouvoir respirer". D'après elle, en France "on ne va pas au restaurant, à une exposition, pour danser... on ne peut pas se rencontrer depuis un an". Que l'actrice se rassure, cette attente d'un retour à une vie normale ne fait plaisir à personne.

"Ils nous ont transformé en cobayes. Les effets du vaccin ne sont pas connus (...) il n'est pas testé", avance-t-elle, tutoyant le complotisme. C'est là que le récit de Victoria Abril a pris une autre tournure. "Entre ce qui est dit à la télévision et une autre... Vous devez apprendre à lire entre les lignes : entrer dans des forums scientifiques et vous apprendrez des choses", clame-t-elle. De toute évidence, elle sait aussi bien lire des scénarios que des données scientifiques.

C'est là que la réalisatrice María Guerra essaye de l'arrêter, mais l'actrice proteste. "Laissez-moi parler. Ils nous empoisonnent", a martelé Victoria Abril. "Un désastre", déplorent nos confrères. Dès la fin de la cérémonie, le président de l'association des informateurs cinématographiques d'Espagne - qui remettait le prix Feroz - a clarifié son désaccord avec les propos de l'actrice. "Si je dois passer pour une complotiste, alors soit", a ajouté l'actrice.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image