Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Vincent Lindon : Honoré avec ses enfants et sa fiancée, ému par une disparition

Vincent Lindon à l'ouverture de la rétrospective "Vincent Lindon" à la Cinémathèque française à Paris, le 31 mai 2017. © Ramsamy Veeren/Bestimage
15 photos
Lancer le diaporama
Vincent Lindon à l'ouverture de la rétrospective "Vincent Lindon" à la Cinémathèque française à Paris, le 31 mai 2017. © Ramsamy Veeren/Bestimage
C'est avec humilité qu'il a ouvert la rétrospective en son honneur.

"Je ne pensais pas que ça m'arriverait un jour d'être à la Cinémathèque", a dit Vincent Lindon sur scène, avant de lancer la projection du premier film de sa rétrospective ce 31 mai, Pater, dans l'enceinte de l'établissement cinéphile parisien. Fier, l'acteur primé à Cannes puis aux César pour La Loi du marché n'en est pas moins humble. Deux qualités qui l'ont porté là où il est aujourd'hui. La standing ovation est de rigueur, initiée par Alain Cavalier, le réalisateur du long métrage présenté, qu'il a décrit comme son "papa numéro 2".

"Mes enfants vont se moquer de moi en disant : 'Monsieur Rodin est servi, on lui rend un hommage", s'amuse à dire Vincent Lindon à la Cinémathèque, entouré de ses proches dont son fils Marcel (20 ans) et sa fille Suzanne (17 ans) – la mère de la jeune fille est Sandrine Kiberlain, ex-femme de l'acteur. La modestie nourrit son discours, lorsqu'il déclare notamment : "Je suis juste un à artisan, qui fait du bon travail. (...) Je me vois toujours à la place de mes ennemis. 'Pourquoi on fait un hommage à Vincent Lindon ?'"

Parce qu'il a fait face à La Crise avec sa Petite entreprise, porte bien La Moustache, dénonce La Loi du marché et dit Welcome à Ceux qui restent. Comme les Chevaliers blancs, il ne craint pas Le Chaos qui précède Quelques heures de printemps. Et désormais, il est Rodin pour Jacques Doillon, même s'il a rasé sa barbe fleurie, discrètement et bien après le tournage pour ne pas brusquer le réalisateur Jacques Doillon.

Vincent Lindon remerciera ses proches présents, son frère Sylvain et sa garde rapprochée, comme les attachés de presse et distributeurs avec qui il collabore, ou encore, Françoise, l'épouse d'Alain Cavalier qui est "la nouvelle grand-mère de mes enfants". Au micro, il aura de tendres mots pour sa fiancée et les larmes couleront quand il parlera de Jean Hernandez, figure de l'industrie cinématographique, distributeur et programmateur, décédé en 2017. En effet, la Cinémathèque a diffusé un montage des films qu'il a défendus : "Il a amené des réalisateurs comme Kitano, Kusturica ou Almodovar. (...) Je voulais rendre hommage à Jean qui me manque terriblement."

Puis, la projection de Pater est lancée. On y voit un Vincent Lindon si intime dans un film où se mêle fiction et réalité, que c'en est troublant. "Ça fait trente-cinq ans que je me réveille et que je suis hors de moi", affirme en riant l'acteur à propos d'une scène de cette oeuvre, dans laquelle on ne distingue pas l'acteur de l'homme. Une séance très spéciale qui en annonce d'autres, puisque la star présentera chaque film de sa rétrospective, s'impliquant comme aucun autre artiste.

Samya Yakoubaly

Rétrospective Vincent Lindon à la Cinémathèque du 31 mai au 7 juin.

Rétrospective Vincent Lindon à la Cinémathèque française du 31 mai au 7 juin 2017
Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel