Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

EXCLU – Énora Malagré face aux haters : "Il y a eu quelques larmes"

9 photos
Lancer le diaporama
Ancienne figure emblématique de "Touche pas à mon poste", Énora Malagré poursuit son aventure sur France 2, au côté de Stéphane Bern, et au théâtre. De passage dans les locaux de "Purepeople", l'animatrice et comédienne a évoqué son rapport avec les réseaux sociaux et le cyberharcèlement.

En sept ans de Touche pas à mon poste et plus encore de radio, Énora Malagré a eu son lot de polémiques et de haters sur les réseaux sociaux. De passage dans nos studios pour évoquer ses nouveaux projets professionnels, comme sa participation à Bons Baisers d'Europe, nouvelle émission de Stéphane Bern diffusée le samedi à 16h45 sur France 2, ainsi que son rôle dans La Dame de chez Maxim au théâtre du Gymnase à Paris depuis le 3 octobre 2018, l'animatrice et comédienne de 38 ans a accepté d'évoquer avec Purepeople son rapport à Twitter et consorts.

D'emblée, et avec le sourire, Énora Malagré nous confirme qu'elle en a parfois soupé : "Je suis une grande habituée des haters." Elle se souvient, par exemple, de la polémique et des attaques subies après son interview de Pharrell Williams pour Virgin Radio, en 2014. On lui a reproché d'être "mal installée" sur un canapé, et bien pire encore. C'étaient des attaques purement sexistes. Selon elle, ce n'est pas sur le fond de l'interview qu'on l'a critiquée : l'animatrice considère d'ailleurs que l'interview était ratée.

Énora Malagré confie à Purepeople que les commentaires ont été parfois difficiles à encaisser, qu'il y a eu "des larmes" même. Désormais, elle garde ses distances avec Twitter et avoue préférer Instagram où la communauté serait "plus bienveillante" et où les critiques, parce qu'il y en a aussi, sont plus "constructives". Elle n'en n'oublie que tout ceci n'est pas bien sérieux et que le hater du lundi peut être celui qui vous encense le mardi...

Propos exclusifs à ne pas reprendre sans la mention Purepeople.com ainsi qu'un lien.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel