Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Francis Veber : Ses pires souvenirs et son coup de gueule avec Gérard Depardieu

Francis Veber ne se prédestinait pas au cinéma. Il a fait quatre années de médecine qu'il a détestées, il a fait de la géologie deux ans puis après avoir passé deux ans au journal Le Bmed et trois ans à RTL, il écrit sa première pièce à 30 ans, L'Enlèvement. Dans le magazine Balthazar, il parle de ses débuts donc, de son fameux personnage François Pignon qui est devenu une sorte de porte-bonheur et aussi des acteurs qu'il a dirigés. Il met en scène désormais Gérard Jugnot dans Cher Trésor au théâtre des Nouveautés, un artiste qui s'ajoute à la longue liste des comédiens qu'il a dirigés et dont il garde un souvenir plus ou moins bon.

Alors qu'il a fait une "espèce de dépression du succès", après La Chèvre, Les Compères et Les Fugitifs, Francis Veber est approché par Jeffrey Katzenberg qui travaillait à l'époque pour Disney. Le réalisateur et scénariste français est devenu consultant en scénarios à Hollywood ! Un formidable challenge pour celui qui ne savait pas quoi faire après ses succès consécutifs en France. C'est ainsi qu'il dirige Matthew Broderick, alias monsieur Sarah Jessica Parker, dans Sur la corde raide en 1992. En plus d'être un échec commercial (le film ne sortira pas en salles en France), il lui laisse un horrible souvenir : celui d'avoir dirigé ce comédien américain : "On m'avait prévenu et ça a été l'horreur. On avait répété les scènes, on s'était mis d'accord et une fois sur le plateau, il ne voulait plus le faire comme on avait décidé

."

Des problèmes, il en aura aussi avec "l'acteur russe", Gérard Depardieu. On sait que leurs relations sont tumultueuses. L'acteur l'avait accusé d'être un "pervers" car il peut reprendre des dizaines de fois la même scène, et le cinéaste rétorque à ce sujet : "On m'avait accusé de faire trop de prises, mais avec Gérard, il faut vingt prises le temps qu'il apprenne son texte. A une époque, il avait pris l'habitude de mettre des post-its sur la figure de son 'contre-champ', mais je ne pouvais accepter ça

."

Il a fallu alors mettre à plat les choses : "Je lui ai parlé seul à seul et je lui ai dit : 'La prochaine fois que tu bois une goutte d'alcool durant le tournage, je me tire. Je suis un auteur de théâtre, je me suis 'égaré' dans le cinéma, je ne vais pas tourner dans ces conditions.' Après, il n'a plus jamais bu et nous avons fait cinq films ensemble. Il avait compris que j'étais sérieux

." Un coup de gueule qu'il a fait aussi à Nick Nolte pour le remake des Fugitifs, mais sa fermeté n'a pas marché avec Matthew Broderick.

Francis Veber tient en tout cas à préciser qu'il aime beaucoup Gérard Depardieu, pris dans un tourbillon médiatique né de son exil fiscal et de ses envies de Russie : "C'est un génie et comme tous les génies, il est incontrôlable." Il réitère ses peurs quant à ses peurs vis-à-vis du monstre sacré du cinéma : "Je trouve ça triste qu'il parte parce qu'il se fatigue et qu'il n'est pas en grande forme, il a quand même eu quatre pontages. Donc j'ai plus peur pour lui que je ne suis intéressé par ses tribulations."

Retrouvez l'intégralité de l'article dans le magazine Balthazar de mars-avril 2013
Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
En vidéos
Selena Gomez en cavale dans les rues de Paris !
Emma Watson : la jolie poupée débarque avec son "gang" à Cannes !
Di Caprio : le Roi Léo découvre Versailles