Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Isabelle Funaro se met à nu : ''Pour Michaël Youn, j'ai eu un coup de foudre''

Elle a le regard chatoyant, l'assurance d'une grande (si ça n'était qu'une question de taille) et la sympathie d'une femme qu'on pense connaître depuis longtemps. Pourtant, le public connaît mal Isabelle Funaro, 30 ans, compagne de Michaël Youn et électrique sirène pleine d'énergie dans le film de ce dernier, Vive la France. Rencontre avec cet ex-mannequin qui a trouvé en Youn (et le cinéma) une seconde vie, qu'elle marie à la perfection avec le job de maman. Pour PurePeople.com, la belle s'est confiée, sans détour.

Ses débuts

"J'ai commencé le mannequinat très tôt, à 13 ans. Le temps d'un été, je revenais tous les jours avec une carte de visite d'un photographe ou d'une agence. Même pas deux secondes j'aurais pensé faire ça dans ma vie. Du coup j'ai essayé et j'ai fait ça pendant longtemps. J'ai habité à New York, je travaillais plus avec les États-Unis qu'en France. J'ai beaucoup voyagé, j'ai adoré ce métier-là, ça m'a appris le sens de la mode, de la beauté."

Le mannequinat aujourd'hui

"J'ai fait ça dans une époque où il n'y avait pas Photoshop, donc on avait des filles saines, avec une belle peau, de beaux cheveux, de belles mains, parce que la retouche coûtait très cher. J'aimais ce côté sain qu'il y a un peu moins aujourd'hui. Maintenant, les mannequins sont maigrissimes, donc on leur rajoute des cheveux, des cils, tout ça sur Photoshop, on rajoute des courbes là où il en faut, de la longueur de jambes, les filles font un peu moins attention à elles, on les voit les ongles rongés par exemple. C'est dommage, à l'époque la mode renvoyait quelque chose de sain chez la femme."

Le cinéma

"C'est le cinéma qui est venu à moi. J'ai commence à tourner dans Blanche, de Bernie Bonvoisin en 2002, un peu par hasard. Plus que le métier d'acteur, je suis tombée amoureuse du tournage en lui-même, j'avais besoin d'être là même si je n'avais que 3-4 jours de tournage, je voulais être derrière, regarder comme on construisait un travelling, comment on donnait la réplique... Ca me fascinait."

Sa première désillusion de cinéma

"J'ai eu quelques scènes avec Juliette Binoche dans Paris, de Cédric Klapisch. Puis un jour il m'a appelé, et m'a dit 'j'ai coupé 1h30 et malheureusement t'es dedans'. Et là je me suis dit que c'était peut-être un signe et que ce métier n'était pas fait pour moi. En rencontrant Michaël, il commençait à écrire Fatal, j'écrivais depuis longtemps des histoires, des scénarios... alors on a écrit ensemble, j'ai travaillé le rôle d'Athéna et comme un évidence, le rôle s'est imposé pour moi. J'ai même pas eu l'idée de la jouer, ce sont les deux autres scénaristes qui l'ont proposé."

Son histoire d'amour avec Michaël Youn

"Ça s'est fait tout doucement, on s'est vu plusieurs fois. J'avais aucune ambiguïté vis-à-vis de lui, mais apparemment lui était déjà assez mordu... Et puis dans un restaurant, je dînais avec une amie à qui je disais ô combien j'étais folle de mon petit copain qui vivait à Londres, et à ce moment-là, je reçois un énorme bout de pain dans la gueule, la flèche de Cupidon quoi. Et je regarde dans la salle en me disant que forcément quelqu'un doit me détester pour m'envoyer un bout de pain comme ça, et là je vois Michaël qui fait des signes avec ses bras, au loin. Et je sais pas... ça a été comme un coup de foudre. On s'est envoyé des petits mots, ça ne s'est pas fait tout de suite, il m'a séduite pendant très longtemps, puis il a déménagé au Maroc pour écrire Fatal. Et il m'a envoyé un billet d'avion, on a commencé à écrire ensemble et l'histoire est née comme ça."

Marianne dans "Vive la France"

"C'est son bébé à lui. Il est venu me voir en me disant 'ce rôle est fait pour toi, c'est toi qui me l'a inspiré'. Et quel beau cadeau, j'aimerais être Marianne, mais je ne suis pas. J'adore le regard qu'il porte sur moi, c'est quand même beau cette vision qu'il a de moi. Marianne est une fille extraordinaire, elle est libre jusque dans son corps, et pas seulement parce que c'est son pays qui lui permet ça. Elle a un vrai engagement, un altruisme que je ne pourrais avoir qu'avec mes propres enfants."

Sa conception de la liberté et de la séduction

"J'aimerais avoir la liberté de Marianne, pas forcément pour faire des mariages à trois avec n'importe qui dès que je suis bourrée, mais j'ai jamais eu d'histoire d'un soir, toutes mes histoires étaient longues. J'ai besoin d'être séduite, j'ai envie que l'homme rampe et s'accroche à mes jambes. Tant qu'il ne fait pas ça, il ne m'aura pas. C'est un peu ça l'idée."

Femme fatale ?

"J'adore le glamour, j'adore les femmes fatales, de Monica Bellucci que je trouve sublime à tellement d'autres. On n'est pas simple décisionnaire de son image, est-ce que j'ai le potentiel, j'en sais rien."

Ca tournera encore ?

"Vive la France a été un déclencheur, j'ai pris conscience de ce que c'était de jouer, et j'ai pris du plaisir à le faire. Comme quand on est gosse, on est pris dans le jeu."

Meryl Streep, sa maman

"Ma culture est plus américaine que française, même si on a des acteurs fabuleux et des actrices glamour. Et j'aimerais qu'on garde cette touche glamour en France. Charlize Theron, exceptionnelle, j'adore Cameron Diaz dans le comique, Cate Blanchett, Meryl Streep j'aimerais que ce soit ma maman."

Être maman

"Mon fils me fait rire [il a 12 ans]. Je me vois à travers ses yeux et ce que ses copains de classe lui racontent quand je vais le chercher. Ses copines lui disent 'mais ta mère est bien habillée, elle est trop belle' et ses copains regardent des photos de moi sur Internet. Quel plus beau compliment on peut avoir dans la vie quand ça vient de son propre fils. Il a une sorte de fierté, alors que je pensais qu'il aurait honte."

Le trublion Michaël Youn... en coulisses

"Il est très cool. C'est quelqu'un de très généreux, il aime rencontre des gens, il a confiance en l'être humain, il est curieux, il a quelque chose de très bien élevé."

Youn papa-poule ?

"Avec mon fils c'est son meilleur ami. Déjà avec sa fille, il en est fou, il est gâteux, il a le regard qui se transforme dès qu'il la voit. Il fait tout, son bain, ses couches, il est parfait. Avec mon fils, quand ils sont là tous les deux à la maison, c'est comme si je n'existais plus, ils parlent de foot, déconnent, ils sont heureux."

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
En vidéos
Brad et Angelina, amoureux comme au premier jour pour un dîner avec Clint Eastwood et Mick Jagger
Ashley Benson, elle vole la vedette à Selena Gomez !
Claudia Schiffer, 42 ans et toujours au top !
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel