Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Julie Gayet : Actrice de la Journée de la Femme avant le verdict de son procès

8 photos
Lancer le diaporama

Alors que le procès autour du GayetGate vient de s'ouvrir, l'actrice française Julie Gayet est la tête d'affiche du poignant court métrage 14 Millions de cris, réalisé par Lisa Azuelos à l'occasion de La Journée de la Femme (8 mars). La réalisatrice de LOL a produit ce film de 4 minutes contre le mariage forcé, permettant ainsi à Julie Gayet et Alexandre Astier (tous deux à l'affiche récemment du film Les Âmes de Papier) de donner la réplique à la toute jeune Adèle Gasparov.

Dans une esthétique sombre d'un noir et blanc sans équivoque, on découvre ainsi Julie Gayet dans la peau d'une mère a priori aimante, mais surtout complice aux côtés de son mari d'un terrible drame : celui de marier de force sa jeune fille adolescente à un adulte. Ici, le génial Philippe Nahon tient le rôle du marié. Sur la musique de Sweetbox, Everything's gonna be alright, les images parlent d'elles-mêmes. A l'écran, Julie Gayet, souriante, dénonce au travers de son personnage. Lisa Azuelos explique pourquoi elle a choisi la comédienne française, au centre de l'actualité depuis le début de l'année et la révélation de sa relation supposée avec le président de la République : "Il faut se servir du système puisqu'on ne peut pas le combattre, explique-t-elle. Julie, qui est plus qu'intelligente, a accepté tout de suite. Cela fait deux ans qu'on est en collaboration assez étroite."

Dans le même temps à Nanterre, Julie Gayet est également sur toutes les lèvres. Celles du juge alors que vient de s'ouvrir ce jeudi 6 mars, où l'actrice (qui n'était pas présente) poursuit le magazine Closer pour violation de sa vie privée, après les photos publiées et révélant sa supposée relation avec François Hollande. La couverture et le dossier du magazine avaient déclenché un véritable scandale national. Réclamant 50 000 euros de dommages et intérêts, l'actrice a parlé par la voix de son avocat, Me Jean Enocchi. Pour lui, Closer a organisé "une véritable traque" à l'encontre de sa cliente, elle qui devenue "une proie". Il a notamment mis en avant la vie "bouleversée" de Julie Gayet, elle qui, "discrète, ne s'est jamais exposée". De son côté, le magazine a riposté en invoquant le droit à l'information, arguant également que "la sécurité du président" était en question, ainsi que "son devoir de transparence". A l'autre bout de l'affaire du GayetGate, Closer a été condamné ce jeudi à verser 12 000 euros à Valérie Trierweiler, l'ex-compagne du président ayant porté plainte pour la publication de photos prises pendant ses vacances à l'île Maurice. Quant à Julie Gayet, le verdict de son assignation doit tomber le 27 mars prochain.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
En vidéos
Julie Gayet : une actrice à l'élégance so frenchy
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel