Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Nicola Sirkis enterre Les Inrockuptibles et évoque son malaise envers Noir Désir

9 photos
Lancer le diaporama
Le leader d'Indochine n'est pas tendre, ni avec le magazine, ni avec l'ancien groupe de Bertrand Cantat...

Le 3 novembre 2017, Indochine était l'invité de RFM pour la sortie de son nouvel album intitulé 13, disque de platine trois semaines après sa sortie début septembre. La station de radio vient de poster sur YouTube un extrait de cet entretien dans lequel Nicola Sirkis, chanteur et fondateur du groupe, évoque à la fois Bertrand Cantat et son aversion pour Les Inrockuptibles qui l'ont mis en couverture début octobre.

Nicola Sirkis se fait d'abord pas tendre avec la publication : "On n'a jamais fait la couverture des Inrockuptibles et j'espère jamais la faire. Pas parce qu'ils ont mis Bertrand Cantat en couverture, mais je trouve que ce journal-là a torpillé le rock français en général par son snobisme. (...) Ce journal représente 30 000 lecteurs, faut arrêter quoi." Indo et les médias, c'est aussi l'histoire d'un grand malentendu. Dans les années 1990, alors que le groupe continue de remplir les salles, il est invisible dans la presse, qui le boude. Il faut attendre les années 2000 pour que les journalistes daignent de nouveau écouter Indochine qui n'a jamais cessé de faire salle comble ni de vendre des disques. Une trajectoire pour le moins unique pour un groupe français qui remplit le Stade de France à la demande trente-six ans après sa création.

Tout de suite j'avais remarqué que dans ce groupe-là, il y avait un truc qui n'allait pas

Dans cet extrait, Sirkis (58 ans) partage son souvenir de Noir Désir et le malaise ressenti en rencontrant Cantat dans les années 1980 : "Nous on avait fait passer Noir Désir en première partie en 1986 au Zénith de Paris. On avait fait venir Les Innocents. Et tout de suite j'avais remarqué que dans ce groupe-là [Noir Désir], il y avait un truc qui n'allait pas parce qu'il n'y avait pas une sorte de convivialité. Alors ça n'a rien à voir avec la musique ou autre chose. Bon." Le chanteur évoque ensuite l'affaire Marie Trintignant et le retour en première ligne de Cantat avec un album solo attendu à la fin de l'année. Comme tout le monde, Nicola Sirkis se pose des questions : "Après, ce qui s'est passé, c'est une histoire extrêmement privée et extrêmement douloureuse. Quand on discute entre musiciens, on entend 'mais c'est normal, il est musicien'. D'un autre côté c'est compliqué, on va dire : un boulanger qui a tué sa femme et qui continue à faire du pain, il se fait applaudir par ses clients. Donc là, il y a un problème de décence." Dans un communiqué de presse, Les Inrockuptibles a défendu son interview mais avoué regretter son choix d'avoir mis Bertrand Cantat en couverture.

Indochine débutera sa tournée en février 2018 par une date à Epernay suivi de trois soirées à l'AccorHotels Arena de Paris.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
En vidéos
Shakira sexy et décolletée, la bomba met le feu sur les Champs Elysées
Amy Winehouse, émue aux larmes quand elle entend son papa chanter pour elle
Quand Taylor Swift se prend pour Bree Van de Kamp