Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Roland-Garros
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté

Amélie Mauresmo, enceinte : La future maman déçue mais fière de ses filles

Amélie Mauresmo, enceinte : La future maman déçue mais fière de ses filles
Amélie Mauresmo, enceinte, le 19 avril 2015 lors de la défaite de l'équipe de France en Fed Cup contre la République tchèque.
29 photos
Lancer le diaporama
Amélie Mauresmo, enceinte, le 19 avril 2015 lors de la défaite de l'équipe de France en Fed Cup contre la République tchèque.

Si Amélie Mauresmo est en plein dans le miracle de la vie, enceinte de son premier enfant attendu pour le mois d'août, elle n'aura en revanche pas vécu le miracle du sport, ce week-end à Ostrava : en demi-finale de la Fed Cup, l'équipe de France n'a pas créé l'exploit contre les tenantes du titre, les Tchèques, implacables.

Véritable "maman pour ses joueuses", la capitaine Amélie Mauresmo a bien tout fait pour pousser ses protégées depuis le bord du terrain, prodiguant ses conseils et offrant son soutien. Mais la logique a été respectée et, menées deux à zéro après la première journée de samedi, les Bleues n'ont pas pu inverser le cours des choses, Caroline Garcia (29e mondiale) s'inclinant avec les honneurs contre la 4e joueuse mondiale Petra Kvitova. Kristina Mladenovic et Pauline Parmentier arracheront ensuite, au prix d'une lutte épique, le point du double, en lot de consolation.

La capitaine veut surtout retenir les aspects positifs : "Personne ne nous attendait en demi-finale. On a retourné une situation assez incroyable en Italie, les filles ont vraiment fait preuve de beaucoup de courage et ont élevé leur niveau. Tout de suite, il y a un peu de déception, mais on peut aussi prendre un peu de recul. On est encore au-dessous d'une équipe comme la République tchèque qui a quatre joueuses mieux classées que notre numéro 1. La réalité est là." Mais si elle entend bien profiter de ce "petit coup d'arrêt" pour provoquer une remise en question utile "pour progresser", Amélie Mauresmo ne manque pas dans le même temps de souligner quelque chose qu'on ressentait déjà : "Le groupe vit bien." "On a connu deux ans, deux ans et demi, où de super choses se sont passées", complète-t-elle auprès de l'AFP.

Au moins, l'ancienne numéro un mondiale, qui entraîne par ailleurs l'Écossais Andy Murray et ira aussi loin que possible avec lui (pour Wimbledon, en particulier) malgré sa grossesse, n'aura plus de souci d'agenda concernant le week-end des 14 et 15 novembre, où aura lieu la finale de la Fed Cup : elle sera libre de pouponner...

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image