Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Asghar Farhadi : Après le sacre avec Bérénice Bejo, les tensions en Iran

L'information est passée relativement inaperçue dans la presse internationale, mais la revue en ligne Slate n'a pas manqué de souligner la relation tendue entre le réalisateur iranien du Passé,Asghar Farhadi, et son pays. Lors de sa descente d'avion à l'aéroport Imam Khomeyni de Téhéran le 9 juillet, le metteur en scène a été arrêté, son passeport confisqué. "Un bref incident qualifié de 'malentendu' par la presse iranienne puisque le passeport lui a été remis rapidement. Mais un événement à prendre comme une mise en garde de la part des autorités iraniennes, ainsi que l'interrogatoire auquel Farhadi a été soumis les jours suivants", lit-on sur Slate.

Si Asghar Farhadi n'est pas en conflit ouvert avec le gouvernement iranien à l'image de Jafar Panahi ou Mohammed Rasoulof, il y a des choses qui ne plaisent pas visiblement à l'état d'Iran. Son actrice du Passé, Bérénice Bejo, qui l'embrasse lorsqu'elle reçoit le prix d'interprétation à Cannes, a déjà froissé certains : "Elle connaissait les codes et savait qu'il ne fallait pas embrasser Farhadi", explique un proche. Le protocole iranien voudrait que l'homme s'incline légèrement devant la femme en guise de salut, et ce sans contact physique, précise Slate.

Cependant, ce "faux-pas" n'a pas altéré la carrière du Passé en Iran. Le ministère de la Culture et de la Guidance islamique a autorisé la distribution du film et le drame d'Asghar Farhadi est un succès avec 300 000 euros de recettes en dix jours d'exploitation, malgré le peu de publicité dont a bénéficié le film, dont l'affiche avec les cheveux "trop longs" de l'actrice et de "sa proximité" avec l'acteur Ali Mosaffa a déplu à des membres de l'autorité.

Asghar Farhadi n'est pas tendre avec Argo, le film de Ben Affleck sur le sauvetage d'otages en 1979 à Téhéran qui a reçu l'Oscar du meilleur film, mais il ne le fait pas pour plaire aux autorités iraniennes, scandalisées par ce film qui dévoile un visage de l'Iran qu'elles estiment inexactes. Discret, diplomate, le réalisateur du Passé ne veut néanmoins pas être associé aux censeurs.

Détenteur du premier Oscar pour un film réalisé par un metteur en scène iranien avec Une séparation, Asghar Farhadi n'est pas considéré comme un ennemi de son pays, et ses films ne remettent pas directement en cause le système de l'Iran. Le gouvernement pouvait donc ainsi récupérer joyeusement le triomphe d'Une séparation. Pourtant, lors du tournage du film, le réalisateur a perdu brutalement son autorisation de tourner après avoir déclaré en 2010 au sein de la Maison du cinéma : "Si seulement le pays pouvait être tel qu'il soit possible que Golshifteh Farahani [actrice en exil sous la pression des autorités] puisse de nouveau jouer en Iran [...], que Jafar Panahi [condamné à 6 ans de prison et à 20 ans d'interdiction d'exercer toute activité cinématographique] puisse réaliser des films dans son pays".

Le travail de Farhadi est donc scrupuleusement observé par le gouvernement iranien qui l'applaudit lorsqu'il lui est bénéfique, tout en le rappelant à l'ordre s'il s'attaque au système. Pour son prochain film, le réalisateur iranien va être sous les feux des projecteurs des cinéphiles, comme des gardiens de la morale gouvernementale.
Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel