Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Audrey Pulvar : "Je dormais à côté de ma cousine pendant que mon père la violait"

Audrey Pulvar : "Je dormais à côté de ma cousine pendant que mon père la violait"
Par Camille Dubois Rédactrice
Passionné par le monde du showbiz français, il est un grand fan de Cyril Viguier, Bénabar ou encore de Chevallier et Laspalès. Il met sa passion pour l'actu des stars au service de son poste de rédacteur
10 photos
De passage sur "BFMTV" le samedi 27 mars 2021, Audrey Pulvar est revenue sur le traumatisme laissé par son père Marc étant enfant. Alors qu'elle n'avait que 5 ans, son paternel a commis les pires atrocités. À se demander en grandissant si l'on n'est pas un monstre soi-même...

Audrey Pulvar fait partie des victimes collatérales de l'inceste. La journaliste avait dénoncé les actes pédophiles commis par son père, Marc Pulvar, sur sa cousine. Au micro de BFMTV, l'adjointe à la mairie de Paris est revenue sur ces soirs de vacances où elle dormait "à côté" de sa cousine pendant que son père "la violait".

"Quand j'avais cinq ans (...) je dormais à côté de ma cousine pendant que mon père la violait. Un certain nombre des faits se sont produits quand nous étions en vacances. Le soir, on dormait dans une tente de camping, il y avait le lit de mon père, le lit de ma cousine, et le mien. Je sentais bien qu'il se passait des choses anormales - et qu'il y avait un climat très malsain - sur lesquelles je ne savais pas mettre de mots, je ne savais même pas ce que c'était, pourquoi les choses me semblaient déglinguées...", se souvient l'ancienne présentatrice du JT.

Audrey Pulvar soulève un point important pour de nombreux proches de coupables : la culpabilité et la question de l'hérédité du mal. "Mon père était un monstre. Quand on est l'enfant du monstre, on se demande si on n'est pas un monstre soi-même. Beaucoup de gens n'ont pas compris, et j'ai envie de dire tant mieux pour elles et pour eux. Parce que ça veut dire qu'ils n'ont pas été confrontés à ce problème. Mais tous ceux et toutes celles qui ont été confronté.es à cela, soit en tant que victime soit en tant qu'entourage savent de quoi je parle", développe Audrey Pulvar, qui a ainsi porté un temps le poids de la culpabilité.

Depuis son témoignage sur son père Marc, Audrey Pulvar reçoit de nombreux témoignages. Face à Appoline de Malherbes, la candidate de gauche aux élections régionales en Ile-de-France n'en cite qu'un : celui d'un "adversaire redoutable" ayant été victime de pédocriminalité jusqu'à l'âge de 13 ans. "Il me disait : 'Moi aussi je me demandais si j'étais un monstre. J'ai eu un fils. Je n'ai pas réussi à le prendre dans mes bras jusqu'à ce qu'il ait l'âge que j'avais quand le monstre a cessé de me persécuter.' Vous imaginez cette douleur ?", questionne-t-elle, alors que les débats sur l'âge du non-consentement continuent de faire l'actualité.

Audrey Pulvar se retrouve aussi toutefois au coeur d'une polémique pour ses propos sur les réunions en non-mixité. "Que des personnes discriminées pour les mêmes raisons et de la même façon sentent la nécessité de se réunir entre elles pour en discuter, ça ne me choque pas profondément (...) S'il se trouve que vient à cet atelier [pour des personnes noires et métis, NDLR] une femme blanche, un homme blanc, il n'est pas question de la ou le jeter. En revanche on peut lui demander de se taire, d'être spectateur ou spectatrice silencieux", a-t-elle déclaré. Libre à chacun de se faire son avis...

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image