Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Bénabar: Sur une plage face à Weber, il excelle dans la provocation... Un tueur!

11 photos
Lancer le diaporama
Pour ses grands débuts sur les planches à 41 ans, Bénabar s'avère un partenaire/adversaire de jeu valeureux face à Jacques Weber, dans Quelqu'un comme vous , mise en scène par Isabelle Nanty.

Les applaudissements s'élèvent, d'abord timides puis plus nourris, congédiant peu à peu un silence suspicieux, sceptique et hostile. C'est, d'abord, le texte de Fabrice Roger-Lacan, acéré, insidieux, harceleur, assassin dans son issue, qui veut cela ; c'est, ensuite, la preuve par le doute palpable que la performance de Jacques Weber, monstre sacré des planches, et Bénabar, néophyte surprenant d'aplomb (tant comme caractéristique de son personnage que comme qualité de son jeu d'acteur), a fait mouche.

Quelqu'un comme vous, leur duel au soleil aux allures de huis clos, mis en scène par Isabelle Nanty - complice attitrée du dramaturge -, laisse pantois, et presque incrédule, le public du Théâtre du Rond-Point, qui a l'occasion de les voir se livrer une joute psychologique infernale depuis le mois dernier et jusqu'au 10 avril. Quand Jacques Weber, 61 ans et l'aura imposante (y compris physiquement) de celui qui vient de survivre à une mise à l'épreuve ontologique, et Bénabar, 41 ans et des airs de jeune premier carnassier (quelques faux airs de Lorànt Deutsch en prime), se présentent au public pour recevoir, sans esbrouffe, presque stoïques et toujours inquiétants, leur ovation la tension existe encore. Ce qui démontre l'intensité de la relation qu'ils ont su créer sur scène.

Après Cravate Club, qui le starisa précocément en 2001, portée initialement par Charles Berling et Edouard Baer (un complice qu'il côtoya aussi pour La Bostella et Akoibon), et connut une déclinaison bien accueillie sur grand écran, puis Irrésistible (2007), l'ancien normalien Fabrice Roger-Lacan offre à nouveau son écriture tranchante et à tiroirs (du potache au métaphysique) à la vision d'Isabelle Nanty (pour qui il écrivit Le Bison), laquelle installe Weber et Bénabar, deux antagonismes, sur une plage déserte matérialisée par des blocs-dunes ton sur ton avec la moquette sable. Il y a quelque chose de beckettien et de koltesien dans le dépouillement où se produit ce mano a mano dans lequel le dialogue est à la fois connivence et banderilles. "Une plage, deux hommes. Le vide autour d'eux, trois kilomètres de sable nu, le soleil au-dessus. Mais le plus jeune s'allonge près du plus vieux. Promiscuité dans le désert. Pourquoi ? Les voilà qui s'interrogent. L'un, patron, ours satisfait, niveau social élevé, cherche le repos. L'autre, homme de main, renard futé, trimballe un secret dans sa sacoche. Règlement de comptes, tête mise à prix, assassinat en règle, tout semble possible. Le doute plane et les questions tombent."

Les questions, pour l'essentiel, sont celles, à tête chercheuse, du "renard futé" Bénabar, empêcheur de plager en rond qui dissimule, un temps seulement, un tueur à gages omniscient en mission. Le chanteur, aguerri par une première expérience d'acteur au cinéma (Incognito, d'Eric Lavaine, en 2009), se révèle convaincant, à l'inverse de son collègue Raphaël, obligé de quitter les planches avant terme. Au théâtre, un élément ne trompe pas : la présence. Pour le coup, Bénabar a une vraie présence : son entrée en scène, total look black et lunettes aviateur, qui vient troubler la solitude absolue dont pensait pouvoir jouir le personnage de Weber, est comme un coup de tonnerre dans le ciel pourtant serein de la toile de fond. Sa désinvolture, son rictus cynique, sa gestuelle bien apprivoisée de poseur, son regard verrouillé sur son objectif comme la lunette d'un long rifle : la panoplie codée de cet intrus dérange. On rit jaune en l'observant manipuler, acculer l'autre. La charge nerveuse emplit le plateau, au décor trop vaste - Quelqu'un comme vous aurait d'ailleurs pu s'y perdre sans le numéro de haute volée de ses duettistes/duellistes. Un des tours de force de Bénabar : ne pas se laisser écraser - au propre comme au figuré - par le mastodonte - au propre comme au figuré - de Weber. Plutôt inespéré au vu de la mise en scène frugale, qui semble par moments laisser ses protagonistes errer tels des électrons libres guidés seulement par la charge, positive ou négative, de leur échange.

De temps à autre, Bénabar fourchera sur son texte : c'est là qu'on mesure le travail effectué pour dompter son débit de parole naturel volontiers rapide, et faire de chaque question adressée par son personnage une mise en danger pour son interlocuteur, sa proie, qui se débat dans cette toile le mettant face à ses contradictions. L'un voulait fuir le monde dans ce néant de sable, l'autre y a trouvé les conditions de traque idéales pour piéger l'animal qui voulait n'être plus social.

Certes, le rôle tenu par le chanteur, qui travaille parallèlement à son sixième album prévu pour décembre 2011 et accompagné d'une tournée en 2012 avec de nouveaux partenaires (Caramba et Alias), n'est pas d'une exigence suprême. Relativement linéaire (exception faite d'une saillie colérique marquante dans l'océan de son ambiguïté et de son détachement), il n'en est pas moins essentiel, puisque c'est lui qui nourrit le rôle de Weber, fait trembler cette montagne de certitudes, provoque sa montée en tension, ses errements du mensonge aux aveux, son funeste marchandage...

Jacques Weber peut sourire à son partenaire, et saluer fièrement à son côté : il a trouvé un "adversaire" à sa mesure pour lui renvoyer la balle et contribuer à la crédibilité d'homme de son businessman archétypal. C'est bien quelqu'un comme ce Bénabar-là qu'il lui fallait.

 

Guillaume Joffroy

 

Quelqu'un comme vous, mise en scène d'Isabelle Nanty, avec Jacques Weber et Bénabar, jusqu'au 10 avril au Théâtre du Rond-Point, Paris VIII.

Et en tournée :

Saint Estève Théâtre de l'Etang 12 juin 2011
Lyon Les Célestins 31 mai - 10 juin 2011
Aix-en-Provence Théâtre du Jeu de Paume 17 mai - 28 mai 2011
Romans 15 mai 2011
Nevers Maison de la Culture 12 mai - 13 mai 2011
Arcachon Théâtre Olympia 10 mai 2011
Rueil-Malmaison Théâtre André Malraux 7 mai 2011
Colombes L'Avant Seine 6 mai 2011
Huy Centre Culturel 4 mai 2011
Florange La Passerelle 3 mai 2011
Liège Le Forum 30 avr. 2011
Bruxelles Théâtre Saint-Michel 28 avr. 2011
Namur Théâtre de Namur 26 avr. - 27 avr. 2011
Ris-Orangis Centre culturel Robert Desnos 24 avr. 2011
Genève Théâtre du Léman 13 avr. 2011

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel