Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cannes 2022
Roland-Garros
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Royauté

Bernard Tapie, presque sans voix à son procès : "Je me barre, je n'ai rien à foutre ici !"

Bernard Tapie, presque sans voix à son procès : "Je me barre, je n'ai rien à foutre ici !"
Par Lise Normandie Rédactrice
Depuis sa Normandie natale, elle aspirait à une vie bien plus palpitante. Lassée du beurre, du cidre et des vaches, s'installer à Paris a changé sa vie... Se sentir plus proche et connectée de toutes ses stars préférées que presque personne, dans sa Normandie, ne connaît… À part Amandine Petit bien sûr, Miss Normandie et Miss France !
Bernard Tapie, et ses avocats Hervé Temime et Julia Minkowski - Quinze mois après sa relaxe, Bernard Tapie est rejugé à Paris avec cinq coprévenus dans l'affaire de l'arbitrage lui ayant accordé 403 millions d'euros en 2008 et qui a été annulé au civil pour "fraude". Arrivée au procès en appel pour "escroquerie" à Paris.
18 photos
Lancer le diaporama
Bernard Tapie, et ses avocats Hervé Temime et Julia Minkowski - Quinze mois après sa relaxe, Bernard Tapie est rejugé à Paris avec cinq coprévenus dans l'affaire de l'arbitrage lui ayant accordé 403 millions d'euros en 2008 et qui a été annulé au civil pour "fraude". Arrivée au procès en appel pour "escroquerie" à Paris.
Voilà trois ans que Bernard Tapie lutte contre un double cancer, de l'estomac et de l'oesophage. Bien que diminué par la maladie, l'homme d'affaires a su donner de la voix, bien que cassée, lors de l'ouverture de son procès en appel à Paris pour "escroquerie".

Certains ne se seraient pas privés de répondre aux abonnés absents en de telles circonstances délicates, mais pas Bernard Tapie. L'homme d'affaires de 77 ans, ancien président de l'Olympique de Marseille et actuel patron de La Provence, était bien là lundi 12 octobre 2020 pour l'ouverture de son procès en appel pour "escroquerie". Et ce malgré le double cancer de l'estomac et de l'oesophage contre lequel il se bat depuis trois ans et qui l'a terriblement affaibli. Les effets secondaires de son traitement expérimental sont lourds et très violents. Accompagné de ses deux avocats, Hervé Temime (grand avocat parisien qui vient de publier Secret défense aux éditions Gallimard) et Julia Minkowski (la femme de Benjamin Griveaux), Bernard Tapie a fait... du Bernard Tapie.

Bernard Tapie a su, malgré tout, se faire entendre

Dans la soirée du 12 octobre, l'AFP a fait le bilan de cette première journée de procès à la cour d'appel de Paris. Et c'est ainsi que l'on apprend que Bernard Tapie a bien failli quitter la salle. La présidente de la cour d'appel, Sophie Clément, venait de rappeler que le vieux litige de l'ancien ministre avec le Crédit lyonnais lié à la revente d'Adidas il y a près de trente ans avait déjà été tranché définitivement par la justice civile. "Alors je pars", a lancé d'une voix presque inaudible Bernard Tapie, costume sombre et masque chirurgical sur le visage, son avocat Hervé Temime réclamant qu'il ait "la possibilité d'être entendu" sur "l'affaire Adidas", le combat de sa vie. L'Obs a, de son côté, la même passe d'armes dans son reporting de la première journée. "Je me barre, tempête-t-il de sa voix cassée. La comédie, ça fait quinze ans que ça dure. Je me barre, je n'ai rien à foutre ici !", écrit le média, en citant Bernard Tapie.

L'audience s'est ensuite déplacée sur le terrain de la procédure. La défense de M. Tapie et celle de ses cinq coprévenus, dont l'actuel patron d'Orange Stéphane Richard, ont contesté la régularité de l'appel formé par le parquet, après la relaxe générale prononcée par le tribunal correctionnel le 9 juillet 2019.

Les juges n'avaient pas retenu le "détournement de fonds publics" ou la "complicité" de ce délit et les avaient relaxés du chef d'escroquerie ou de complicité d'escroquerie, estimant que l'arbitrage n'était pas entaché d'une quelconque "fraude".

La validité du document d'appel, qui ne mentionnait que l'infraction d'"escroquerie", a donné lieu à une vive passe d'armes entre la défense et le ministère public. La cour d'appel tranchera à la reprise de l'audience, ce mardi, avant d'examiner d'autres points de procédure soulevés par la défense.

Une affaire qui dure depuis plus d'une décennie

Bernard Tapie et ses cinq coprévenus sont rejugés douze ans après l'arbitrage - un mode de règlement privé - qui avait octroyé à l'homme d'affaires 45 millions au seul titre de son préjudice moral, pour la "faute" du Crédit lyonnais lors de la revente d'Adidas. La sentence arbitrale a été définitivement annulée pour "fraude" par la justice civile, qui a également condamné de manière définitive l'ancien patron de l'Olympique de Marseille à restituer les millions perçus.

Le montant exact de la dette de Bernard Tapie, après l'annulation au civil de l'arbitrage, est toujours l'objet d'âpres joutes procédurales. La cour d'appel de Paris a estimé en février qu'elle s'élevait à 438 millions d'euros, mais l'homme d'affaires s'est pourvu en cassation.

Dernier rebondissement: les sociétés de M. Tapie, en faillite personnelle depuis décembre 1994, ont été placées le 30 avril en liquidation judiciaire, ouvrant la voie à la vente de ses biens afin qu'il puisse rembourser. Une décision dont il a fait appel.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image