Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

BHL et Jane Birkin mobilisés pour Jafar Panahi : Sa fille est en sécurité !

Bernard-Henri Lévylors de la projection du film Hors jeu à Paris en soutien au réalisateur Jafar Panahi le 1er février 2011
14 photos
Lancer le diaporama
Bernard-Henri Lévylors de la projection du film Hors jeu à Paris en soutien au réalisateur Jafar Panahi le 1er février 2011
Les festivals du monde entier ont salué ses oeuvres, son talent et son audace ont fait de lui une figure emblématique de la Nouvelle Vague iranienne, mais aujourd'hui, Jafar Panahi ne peut plus exercer son travail : il est depuis décembre 2010 sous le coup d'une condamnation à six ans de prison et à une interdiction de travailler pendant vingt ans, décisions de justice de l'Iran auxquelles le réalisation a fait appel.

Fervent soutien du réalisateur, le philosphe Bernard-Henri Lévy, a co-organisé avec la revue Transfuge une soirée au nom de Panahi à La Pagode le 1er février, avec la diffusion de son film Hors Jeu. De nombreuses personnalités du cinéma ont répondu à cet appel, telles qu'Agnès Varda et Jane Birkin - porte-voix de nombreuses causes, comme celle de la Birmane Aung San Suu Kyi - et une nouvelle soulageante a été faite au cours de cet événement.

En effet, la fille du cinéaste est en France, à l'abri, selon les mots de Serge Toubiana, directeur de la Cinémathèque française : "Sa fille de 21 ans est désormais parmi nous, son père lui a demandé de partir afin qu'elle ne puisse pas servir d'otage." Jafar Panahi peut ainsi mener son combat pour la justice sans craindre pour son enfant. Il attend actuellement une réponse de la justice iranienne concernant son appel, et elle devrait survenir dans le courant du mois de février.

La réalisatrice Agnès Varda, les acteurs Michel Piccoli et Patrick Mille, l'actrice et épouse de BHL, Arielle Dombasle, le cinéaste Amos Gitaï, la journaliste Elisabeth Quin, le politique Arnaud Montebourg, la dessinatrice et réalisatrice Marjane Satrapi (dont on attend au cinéma Le Poulet aux prunes), mais également le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand, ont assisté à cette projection.

Après avoir lu sa lettre lors du festival de Cannes, au cours duquel Panahi devait se rendre pour assurer son rôle de juré, mais n'avait pu en raison de son arrestation, Frédéric Mitterrand a déclaré à Paris : "Se battre pour lui, c'est se battre pour tous les autres." Il n'a toutefois pas précisé si la diplomatie française était intervenue en sa faveur.

Différents artistes ont lu la lettre d'appel que le réalisateur a adressé au gouvernement iranien : "Comment peut-on juger d'un film avant même qu'il ne soit fini ?" En effet, le réalisateur a été arrêté alors qu'il n'avait tourné qu'un tiers de son film. Son avocate Farideh Gheirat a déclaré que son client a été condamné "pour participation à des rassemblements et pour propagande contre le régime", selon des propos rapportés par l'agence de presse Isna.

Bernard-Henri Lévy a une nouvelle fois montré son indignation, mais a également voulu démontrer que ce genre de démarche est utile : "Quand on se trouve dans une telle situation de désespérance et d'absolue solitude, ces éclats de voix donnent du courage, Jafar Panahi nous l'a dit." Le philosophe français, encensé aux Etats-Unis pour son livre Ennemis publics, affirme l'importance de la mobilisation internationale.

Le festival de Berlin, qui l'a invité comme membre du jury du 10 au 20 février, attend toujours la venue de Jafar Panahi, lui qui a reçu l'Ours d'argent en 2006 pour Hors jeu. Ce long métrage, diffusé à la Pagode porte sur un étrange garçon assis tranquillement dans le coin d'un bus rempli de supporters déchaînés en route pour un match de foot. Il n'est autre qu'une fille déguisée en garçon qui tente de transgresser l'interdiction. Le cinéma La Pagode va proposer le mois durant des oeuvres de Jafar Panahi et toutes les recettes de ces séances sont versées à la famille. Plus d'informations en cliquant ici.
Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image