Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Charlotte Gainsbourg : Ce précieux bijou qu'elle a enfilé au cou de Serge sur son lit de mort

Charlotte Gainsbourg : Ce précieux bijou qu'elle a enfilé au cou de Serge sur son lit de mort
Par Gonzague Lombard Rédacteur
Passionné de chant, des Douze coups de midi et de la discographie de Jul, il rêve de participer à Fort Boyard malgré sa phobie des serpents et du Père Fouras. Son ambition secrète ? Découvrir ce qui se cache derrière le rideau mystère de Bataille et Fontaine pour y chanter en quartet. La vérité est au bout du couloir…
19 photos
La tombe de Serge Gainsbourg est l'une des plus recherchées du cimetière de Montparnasse, à Paris. Ce que les visiteurs ignorent, sans doute, c'est que l'artiste a été enterré avec un bijou de sa fille Charlotte...

Elle n'a besoin d'aucun objet, aucun artifice pour faire revivre son souvenir. Voilà trente ans que Charlotte Gainsbourg pleure la mort de son père Serge, disparu le 2 mars 1991. Pour se rassurer, elle pense parfois à ce grigri qu'elle lui a offert, qui veille sur lui pour toujours : un pendentif dont la création remonte à la fin des années 1980. "Mon père me parlait beaucoup de ses origines, explique-t-elle à Télérama. Il voulait transmettre sa culture mais pas l'aspect religieux. Quand ma grand-mère est morte, j'ai voulu absolument être juive, j'allais à la synagogue en cachette, je ne mangeais pas de porc. Quand il l'a découvert, il a été choqué, il ne comprenait pas. Il m'a quand même offert une étoile de David, il était fier du dessin qu'il avait fait graver chez Cartier. Quand il est mort, je la lui ai passée autour du cou et j'ai pris la chaîne qu'il portait au poignet."

Je suis montée pour trouver Bambou, Charlotte et Kate qui étaient attachées à Serge

Serge Gainsbourg, de son vrai nom Lucien Ginsburg, était effectivement fils d'immigrants russes juifs. Et la maison Cartier a, plus d'une fois, trouvé grâce à ses yeux. Dans le deuxième volet de son autobiographie, intitulé Post Scriptum, Jane Birkin se remémorait l'ultime offrande de son partenaire, à quelques heures de sa disparition. "Il y avait déjà une foule devant la maison, les gens commençaient à chanter La Javanaise, écrit-elle dans ses pages. Fulbert, le valet de Serge, m'a laissée entrer. Il m'a tendu la petite boîte Cartier qui contenait le diamant que Serge m'avait acheté deux jours avant. Je suis montée pour trouver Bambou, Charlotte et Kate qui étaient attachées à Serge comme des pietàs."

Une dernière étreinte

Il a cédé à sa cinquième crise cardiaque, installé dans son appartement du 5 bis rue de Verneuil, dans le 7e arrondissement de Paris. Pendant de longues heures, pourtant, ses proches ont tenté de le ramener à la vie, de le pleurer dignement en s'allongeant auprès de lui, se blottissant contre son corps froid. Ce moment suspendu dans le temps était d'ailleurs le sujet du titre Lying With You, sur l'album Rest, dans lequel Charlotte Gainsbourg décrivait "son visage de cire", sa jambe nue sortant du drap, la trainée qui s'échappait "du coin de sa bouche". Elle avait oublié, dans cette description, le petit pendentif qui le suivrait jusqu'à l'autre monde...

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image