Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Christophe Dominici a-t-il été berné par des escrocs avant sa mort ?

12 photos
Voir 12 photos
Christophe Dominici avait le sentiment d'être la risée du monde du rugby, suite à un projet de rachat de club raté. L'ancien joueur s'était associé à des investisseurs émiratis. Ces derniers ont toujours fait l'objet de doutes...

La mort de Christophe Dominici suscite toujours une vive émotion, alors que les circonstances du drame n'ont toujours pas été clairement établies. L'ancien sportif décédé brutalement à l'âge de 48 ans avait été très affecté par l'échec de son projet de rachat d'un club de rugby. Avant son décès, le défunt ancien joueur avait confié à un proche qu'il s'était fait berner des associés.

Ces révélations sont signés L'Obs ! Dans son nouveau numéro en kiosque ce mercredi 23 décembre, l'hebdomadaire se penche sur le projet de rachat du club de rugby de Béziers qu'avait mené Christophe Dominici, projet dans lequel il s'était pleinement investi et qui a malheureusement échoué. Robert Ménard, maire de la ville de l'Hérault, s'était impliqué. Il avait aussi exprimé des doutes sur les fonds des associés de Dominici, dont faisait partie Samir Ben Romdhane, Franco-Tunisien de 58 ans, soi-disant riche investisseur.

"J'ai vu leurs comptes. Sur un compte asiatique, il y avait un solde de 120 millions d'euros", lui avait confié Christophe Dominici. Sûr de son dossier, l'ex-trois quarts aile de l'équipe de France et du Stade Français faisait part de projets faramineux et coûteux. "Il était totalement surexcité. Il me disait : 'On va faire venir les meilleurs joueurs', et il me donnait une flopée de noms dont je connaissais à peine la moitié", s'est souvenu Robert Ménard dans les pages de L'Obs.

Christophe Dominici avait une "confiance aveugle" en ses partenaires, malgré les doutes de son entourage. "Ils devaient monter des sociétés et ne les montaient jamais. Il manquait toujours un papier, quelque chose. Quand on en parlait à Christophe, il répondait qu'il fallait leur faire confiance parce que lui leur faisait confiance. Il y croyait plus que tout", a témoigné l'agent sportif François Salagoty.

On s'est fait enc****.

Le projet mené par Dominici n'a pas été retenu par la direction du club de Béziers. Dans la foulée, il est impliqué dans une violente altercation dans une boutique de vêtements de Sanary-sur-Mer, dans le Var. Christophe Dominici aurait souhaité négocier la vente à crédit d'un panama, qu'il aurait réglé ultérieurement. Suite au refus d'une vendeuse, Christophe Dominici l'aurait violemment poussée au sol, aurait vandalisé le magasin et pris la fuite, avec le chapeau. Rattrapé par des commerçants, l'ex-tricolore aurait rendu l'accessoire et poursuivi sa course. L'employée du magasin, blessée, a déposé plainte pour vol avec violences.

Entré en maison de repos l'été dernier (après des nuits passées sans dormir) puis sorti, Dominici revoit Samir Ben Romdhane, toujours en contact avec la direction du club de Béziers. Ils relancent leur projet de rachat, qui ne verra jamais le jour. "Christophe commençait à avoir des doutes, mais il n'a vraiment compris qu'à la fin que tout était bidon. Quinze jours avant sa mort, il m'a dit : 'on s'est fait enc****'", confie François Salgoty. Persuadé d'être devenu la risée du monde du rugby, Christophe Dominici a été très touché par les moqueries et les commentaires sur les réseaux sociaux.

Christophe Dominici est mort le mardi 24 novembre 2020 en tombant du toit d'un immeuble désaffecté, au Parc de Saint-Cloud, non loin de là où il habitait (à Boulogne-Billancourt). Ses obsèques ont eu lieu le 4 décembre, à Hyères. Le défunt était en couple avec Loretta Denaro et avait deux filles, Kiara et Mya.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image