Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Enquête exclusive : Un militant gay agressé accuse la prod', une sombre affaire éclate

Enquête exclusive : Un militant gay agressé accuse la prod', une sombre affaire éclate
Par Hiba Semali Rédactrice
Rattachée à la rubrique télé, Hiba Semali se consacre au petit écran. The Voice, Koh-Lanta, Top Chef, Secret Story, Star Academy ou encore Les Marseillais n'ont aucun secret pour elle.
15 photos
Il a pris la parole dans "Enquête exclusive" dans un reportage traitant de la sexualité libre et de l'homophobie en Afrique de l'Ouest, notamment au Sénégal. Finalement, ce militant a amèrement regretté son passage dans l'émission de M6. En effet, il affirme que la production n'a pas respecté le deal et que cela a mené à une agression à son domicile.

En mars dernier, M6 diffusait un nouveau numéro d'Enquête exclusive. Le reportage, baptisé Sexe et amour en Afrique de l'Ouest, traitait de différents sujets. Parmi eux, la difficulté à vivre pleinement sa sexualité notamment lorsque l'on est gay. Pour cela, Bernard de la Villardière a rencontré un homme au Sénégal âgé d'une soixantaine d'années. Des mois après le tournage, ce dernier accuse la production de ne pas avoir su préserver son anonymat, et ce qui a conduit à une agression comme le révèlent nos confrères de Mediapart.

A l'écran, la voix off précise que "des jeunes gens ont accepté de témoigner sur leur sexualité, dans un lieu tenu secret". Les téléspectateurs avaient également appris que ces témoins avaient "tenu à garder également l'anonymat". Finalement, ce sexagénaire estime que le deal n'a pas été respecté. "Avant le tournage, on avait convenu de faire l'intégralité de l'interview dans mon appartement. Je devais chercher les journalistes et le présentateur juste au coin de la rue, mais dès qu'ils sont sortis de voiture, ils ont commencé à filmer sans l'autorisation de personne, se souvient ce militant des droits des personnes homosexuelles. Je ne savais pas qu'ils allaient mettre en boîte ce que je disais dans la rue car je pensais que tout devait se passer à l'intérieur. Si j'avais su ça, je n'aurais jamais répondu."

Le témoin agressé à son domicile, l'asile et une somme à 5 chiffres réclamés

C'est alors qu'il a été reconnu et ciblé : "Des homophobes qui habitaient mon quartier, qui ont vu l'émission, l'ont partagée avec tout le monde pour dire que j'étais un homosexuel notoire, qu'il fallait éliminer (...). Ils ont bousillé ma vie, s'ils avaient respecté les engagements et pas diffusé ma rue, je n'aurais jamais quitté mon pays." Car, pour information, le militant qui s'est rendu en France à l'occasion d'une conférence sur le VIH y demande l'asile. Une décision prise après une agression survenue à son domicile, comme le raconte sa fille. "Dès que j'ai ouvert, ils m'ont sauté dessus, m'ont bousculée, se sont mis à chercher mon père partout en mettant tout par terre. Ils me demandaient où il était", apprend-t-on. En plus de vouloir quitter le Sénégal pour se réfugier en France, l'homme réclame 10 000 euros d'indemnisation, via son avocat.

En mars dernier, M6 avait déjà répondu à l'avocat du témoin : "S'agissant du passage tourné dans la rue où il réside, contrairement à votre affirmation, la journaliste a bien préalablement demandé à votre client s'il était possible de le filmer dans la rue, ce qu'il a accepté en répondant aux questions de Bernard de La Villardière ; à l'occasion de cette interview, il a précisé que son voisinage était 'complètement tolérant' et que sa logeuse connaissait sa situation mais qu'elle était 'gay-friendly'. Aussi, nous considérons ne pas avoir manqué à nos obligations." Plus récemment, la production d'Enquête exclusive a été jointe par Mediapart et indiqué ne pas croire en l'agression racontée.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image