Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Guerre en Ukraine : Une interprète fond en larmes face aux mots du président Zelensky

Guerre en Ukraine : Une interprète fond en larmes face aux mots du président Zelensky
Par Samya Yakoubaly Rédactrice
Cinéphile, elle adore regarder des bande-annonces et des moments historiques à la télévision. Le prochain James Bond ou le discours d’investiture de Barack Obama lui donnent les mêmes frissons.
13 photos
L'émotion était grande lors d'une séquence vidéo qui rapportait le discours du président ukrainien Volodymyr Zelensky. En effet, alors qu'une traductrice doublait en allemand le speech du dirigeant aux prises avec la guerre, elle s'est excusée de pleurer...

Missionnée par le grand quotidien germanique Die Welt, une interprète chargée de traduire le discours du président ukrainien Volodymyr Zelensky en allemand n'a pas pu contenir son émotion ce 27 février 2022. Nul besoin d'être trilingue pour ressentir l'émotion dans la voix de la traductrice devant faire comprendre aux Allemands les mots du dirigeant de l'Ukraine au pouvoir depuis 2019.

Volodymyr Zelensky a salué ce dimanche la formation d'une "coalition" internationale de pays fournissant une aide à l'Ukraine, au quatrième jour de l'invasion de son pays par la Russie. "Nous recevons des armes, des médicaments, de la nourriture, du carburant, de l'argent. Une coalition internationale forte s'est formée pour soutenir l'Ukraine, une coalition anti-guerre", a dit Volodymyr Zelensky dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux. Il a salué la livraison de nouvelles armes par l'Allemagne et la Belgique, ainsi que l'accord européen sur l'exclusion des banques russes de la plateforme Swift, rouage essentiel de la finance mondiale.

L'époux d'Olena Zelenska a tout particulièrement remercié le président polonais Andrzej Duda pour ses efforts en vue d'une intégration de l'Ukraine à l'UE. Dénonçant les "actions criminelles" de la Russie contre l'Ukraine, il a estimé que celles-ci avaient "les caractéristiques d'un génocide" et a exhorté la communauté internationale à priver Moscou de son droit de vote au Conseil de sécurité de l'ONU.

Une séquence qui a été relayée sur les réseaux sociaux par Inna Shevchenko (ou Chevtchenko), militante féministe ukrainienne, figure majeure du mouvement Femen. La jeune femme de 31 ans a souvent interpellé les observateurs de l'actualité sur les actions de Vladimir Poutine. En 2019, elle est devenue membre du Conseil consultatif pour l'égalité femmes-hommes (CCEFH) chargé d'établir un "bouquet législatif" aux dirigeants participant au G7 de Biarritz. Elle a travaillé notamment en collaboration avec le gynécologue congolais Denis Mukwege, lauréat du prix Nobel de la paix en 2018.

Volte-face de l'Allemagne face à la guerre en Ukraine

L'émotion de l'interprète allemande peut également se comprendre en raison de la position délicate du pays outre-Rhin, l'Ukraine et la Russie. Berlin vient d'accepter de livrer des armes à l'Ukraine en guerre après s'y être longtemps refusé. Depuis la Seconde Guerre mondiale, à de rares exceptions prêt, l'Allemagne s'est refusée à livrer des armes "létales" dans les zones de conflit. Cette position était toutefois de moins en moins tenable sur le plan politique depuis le déclenchement jeudi de l'invasion de l'Ukraine.

Dans une autre volte-face, le gouvernement allemand a finalement accepté l'exclusion de banques russes de la plateforme interbancaire Swift, un rouage essentiel de la finance mondiale. Berlin craignait jusqu'ici d'être pénalisé en retour pour ses livraisons de gaz, pétrole et charbon russes, dont le pays est étroitement dépendant pour se chauffer.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image