Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
Star Academy
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
Bons plans
NEWSLETTER

Hit Parade : Ces héritiers de stars qui ont dit oui et ceux qui ont refusé...

Hit Parade : Ces héritiers de stars qui ont dit oui et ceux qui ont refusé...
Par Tom Spencer Rédacteur
Fan des corgis, des iconiques Spice Girls, de la princesse Diana et adepte de tea time, Tom Spencer aime notamment relater la vie des membres de la couronne britannique mais n’est jamais contre un petit détour outre-Atlantique.
Tout le monde n'était pas emballé par l'idée du spectacle et, si certains ont cédé, d'autres ont refusé fermement.

Dès le 12 janvier, les spectateurs du Palais des Congrès à Paris, pourront découvrir le spectacle Hit Parade, lequel mettra en scène les hologrammes de célèbres artistes français morts comme Dalida, Claude François, Mike Brant et Sacha Distel. Un projet ambitieux et onéreux qui ne fait pas que des adeptes...

Si les héritiers des quatre énormes vedettes ont accepté que l'image de leur proche soit utilisée sur scène, d'autres n'ont pas accroché à l'idée. C'est le cas de la famille de Joe Dassin, en particulier ses fils Jonathan et Julien. "Le projet de faire revivre sur scène des stars des années 1970 était innovant et intéressant mais un peu délicat. Si c'était un document historique, reprenant une ancienne prestation j'aurai accepté de 'voir' mon père sur scène. Mais le faire revivre en coulisses, c'est totalement différent. On lui faisait prononcer des phrases qu'il n'a jamais dites et on le faisait bouger différemment. Cela revenait à manipuler une personne", confesse Jonathan dans les pages du Figaro. Quant au think-tank de Proscenium, qui regroupe 70 personnes experts du monde du spectacle, un événement comme celui proposé par Hit Parade "soulève inévitablement de nombreux problèmes déontologiques."

Le clan de l'artiste n'est pas le seul a avoir eu des interrogations. Ainsi, Orlando, le frère de Dalida, avait beau prétendre dans une interview au Parisien en avril dernier qu'il avait dit oui tout de suite, dans le Figaro il nuance... "Ceux qui râlent sont les plus anciens. Moi-même, je n'étais pas très chaud. Je trouvais cela à la fois bluffant et inquiétant, j'ai d'ailleurs été le dernier à signer (...) Il faut vivre avec son temps", dit-il. Quant à Yona Brant, la nièce de Mike, elle se réjouit que le show ne soit pas un "spectacle de sosies."

Thomas Montet

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image