Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Jean-Roch en colère, il partage son agacement : "Il faut absolument intervenir"

Jean-Roch en colère, il partage son agacement : "Il faut absolument intervenir"
Par Rachel Henry Rédactrice
Née à Londres, non loin de Kensington, elle démêle le vrai du faux sur la famille royale britannique, mais pas seulement. La reine Maxima des Pays-Bas, la reine Letizia d'Espagne et la princesse Victoria de Suède sont aussi ses copines. Quand les têtes couronnées ne sont pas de sortie, Rachel patiente en décryptant volontiers les tapis rouges, les premiers rangs des défilés.
11 photos
A la tête de plusieurs clubs et restaurants, aussi bien en France qu'à l'étranger, Jean-Roch est inquiet pour sa profession. Suite aux annonces du gouvernement quant au déconfinement progressif des établissements ce printemps, l'homme d'affaires est dans l'incompréhension.

Les discothèques vont-elles rester fermées cet été, pour la deuxième année consécutive ? Grands oubliés du très attendu calendrier de déconfinement dévoilé hier par Emmanuel Macron, les clubs sont les seuls établissements à ne pas avoir de date de réouverture. Ce 30 avril 2021 sur BFM TV, Jean-Roch s'est fait le porte-parole de sa profession pour tirer la sonnette d'alarme.

Restaurants, salles de sport, cinémas... Tous vont progressivement rouvrir leurs portes dans les semaines à venir, contrairement aux discothèques. "On ne s'y attendait pas. Depuis un an et demi, personne ne parle des clubs, le parent pauvre de la profession, qui ne sont jamais protégés, jamais conseillés, jamais encadrés", Jean-Roch a-t-il déploré vendredi matin. Le fondateur des clubs VIP Room a souligné le sérieux de ses confrères depuis le début de la crise sanitaire : "Tout le monde a respecté le protocole à 100% (...). Et pourtant, il y a eu une deuxième, une troisième vague et les clubs étaient fermés. On ne peut pas tenir les clubs pour responsables, je ne comprends pas pourquoi, aujourd'hui, les clubs sont ignorés complètement alors qu'ils ont participé complètement à sortir de cette crise."

En attendant une pleine réouverture des discothèques, peut-être dans le courant de l'été, l'homme d'affaires et DJ propose que le gouvernement et les préfectures autorisent aux établissements n'ayant pas d'extérieur de pouvoir organiser des événements dans des espaces qui pourraient être prêtés par les autorités locales, tels des places de village ou des bords de mer. "Je ne parle pas pour moi, j'ai un jardin, je parle pour tous ceux qui sont des puristes de la profession, qui ont des clubs considérés comme fermés et peuvent être d'éventuels clusters."

Depuis Dubaï, où il est installé, Jean-Roch estime que le gouvernement "ne fait pas confiance" aux gérants de clubs. Il y a une réelle incompréhension quant à l'autorisation de réouverture de certains établissements : "Je ne sais pas ce que la discothèque fait de plus ou de moins qu'un bar, qu'un restaurant festif, qu'un concert, regardez dans l'avion, regardez dans le train, on est nombreux. Quelle est la différence ? La musique est un peu plus forte, ok. Est-ce qu'on peut tout mélanger comme ça ? Je ne sais pas."

Pour le Français de 54 ans, il y a urgence : "On doit trouver une solution à ces gens pour qu'ils puissent continuer à exister, pour qu'ils puissent survivre. Trop de clubs ont disparus (...), si le gouvernement ne fait pas quelque chose il n'y aura plus de métier de nuit, plus de discothèques, plus de clubs, donc il faut absolument intervenir et c'est maintenant qu'il faut le faire." Jean-Roch est bien placé pour en parler, lui qui a été contraint de fermer définitivement son VIP Room de Paris en mai 2020, sans pour autant confirmer que cette décision était directement liée au confinement.

Ce père de cinq enfants continue malgré tout de gérer deux établissements dans la capitale : L'Hystéria et le restaurant La Gioia. A Saint-Tropez, il possède un autre restaurant La Gioia et un club VIP Room. Jean-Roch a également lancé des VIP Room à Cannes, Marrakech, Monaco, Dubaï, New York et Porto Cervo.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image