Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cannes 2022
Roland-Garros
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Royauté

Maxime Cochard et son compagnon accusés de viol : changement de domicile, perte de poids, tics... Victor se confie

Maxime Cochard et son compagnon accusés de viol : changement de domicile, perte de poids, tics... Victor se confie
Par Tom Spencer Rédacteur
Fan des corgis, des iconiques Spice Girls, de la princesse Diana et adepte de tea time, Tom Spencer aime notamment relater la vie des membres de la couronne britannique mais n’est jamais contre un petit détour outre-Atlantique.
7 photos
Depuis leur mise en accusation, en janvier 2021, l'élu parisien communiste Maxime Cochard et son compagnon militant Victor Laby avaient gardé le silence. Le 24 mars, ils ont finalement pris la parole, réagissant notamment à la mort de leur accusateur, le jeune Guillaume, retrouvé pendu.

Tout est parti de Twitter et... se poursuit sur Twitter. Accusés le 21 janvier 2021 de viol par Guillaume T. alias Prunille sur le réseau social, Maxime Cochard et son compagnon Victor Laby avaient réfuté les accusations et ils souhaitaient porter plainte pour diffamation. Une action qui tombe à l'eau puisque leur accusateur a été retrouvé pendu le 9 février dans sa chambre universitaire. Depuis, ils ont réagi par la voix de Victor.

Le 24 mars, sur son compte Twitter Victor Laby a donc choisi de sortir du silence. Il a posté un communiqué partagé par son compagnon Maxime Cochard, élu parisien PCF qui a été forcé de se mettre en retrait du Conseil de Paris. Ne souhaitant pas s'exprimer directement sur les évènements qui "l'accablent" et renvoyant à la lecture d'une récente enquête du Point sur l'affaire dans laquelle il est visé, Victor a cependant voulu évoquer sa vie personnelle depuis les accusations du défunt Guillaume et sa "reconstruction". Ainsi, il raconte : "Son suicide m'a plongé dans l'abîme. J'ai aimé Guillaume comme on aime un camarade, comme on aime un ami, comme on aime un amant. Le mensonge peut rebrousser chemin, la mort elle, est irréversible. Et puis, très vite, une horde vautours - la même, sans doute, qui l'a poussé au mensonge, s'est emparée de sa mort. La cohorte des charognards ne voyait pas le corps d'un garçon de 20 ans, qui allait visiblement très mal et avait déjà tenté de mettre fin à ses jours avant même de nous connaitre ; elle voyait un moyen de régler des comptes politiques."

Déjà vilipendés après les accusations de Guillaume, Maxime Cochard et son compagnon Victor Laby ont alors vécu le pire après son suicide supposé ; sa famille a porté plainte contre X. "A partir de ce moment, nous avons été menacés de mort, traqués, diffamés et injuriés quotidiennement, nous avons dû changer de quartier, celui-ci étant tapissé par des milliers d'affiches avec nos noms et le slogan 'violeurs et assassins'. J'ai perdu 10 kilos, je ne dors plus, je ne me déplace plus que secoué de tics. Si je n'étais pas soutenu par des amis épatants je sombrerais simplement sans bruit", jure-t-il.

Victor Laby a aussi distribué les tacles sans jamais nommer qui que ce soit affirmant que derrière cette sordide affaire se cacherait "une petite bande organisée" qui "porte une part de responsabilité dans la tragédie de Guillaume" et il espère ainsi que le parquet de Paris va se saisir des faits qui leurs sont reprochés pour laver leur honneur. "J'espère que tous ceux qui ont trempé dans cette affaire seront entendus par la police. J'espère que les élus, les partis, les organisations de jeunesse et leurs tendances arrêteront d'instrumentaliser #MeToo dans une odieuse optique politicienne", ajoute-t-il.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image