Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cannes 2022
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Michel Drucker : Son ex Calixthe Beyala le fait condamner et... il accepte !

Michel Drucker : Son ex Calixthe Beyala le fait condamner et... il accepte !
Par Samya Yakoubaly Rédactrice
Cinéphile, elle adore regarder des bande-annonces et des moments historiques à la télévision. Le prochain James Bond ou le discours d’investiture de Barack Obama lui donnent les mêmes frissons.
Calixthe Beyala
5 photos
Lancer le diaporama

Réactualisation de 21h35 : Michel Drucker ne se pourvoira pas en cassation suite au jugement du 12 janvier dernier. Son avocat, Me Jean-Pierre Mignard, vient de déclarer à l'AFP "La Cour d'appel de Paris n'a pas fait droit à la demande de Mme Beyala qui réclamait 250.000 euros à M. Drucker. Elle a réduit à 20.000 euros ses prétentions, et 10.000 euros au titre du temps perdu". Mon client "estime que la Cour a dit le droit en reprenant une proposition de rémunération faite par son avocat il y a plusieurs années", et "Michel Drucker n'entend pas former de pourvoi en cassation", a-t-il ajouté. Voilà donc une affaire réglée et dont les médias ne parleront plus, pour le plus grand plaisir de Michel Drucker qui n'a pas du tout aimé cette publicité...

à 12h 30 nous écrivions :

Le présentateur Michel Drucker fait encore l'actualité pour des raisons judiciaires, mais celles-ci n'ont cette fois rien à voir avec sa villa. Il a été condamné par la cour d'appel de Paris à verser 40 000 euros à Calixthe Beyala, pour ne pas avoir rémunéré l'écrivaine qui, en 2006, avait écrit un livre à sa place, selon un arrêt rendu mercredi 12 janvier et consulté le jeudi 13 par l'AFP. Ex-compagne de Drucker, Calixthe Beyala avait dans un premier temps été déboutée et condamnée à payer un euro pour procédure abusive en juin 2009, elle avait alors fait appel. Au final, Michel Drucker devra verser à Mme Beyala 30 000 euros de dommages et intérêts, ainsi que 10 000 euros de frais d'avocat.

L'affaire a débuté en 2005 quand l'animateur de Vivement dimanche établit un accord avec les éditions Albin Michel, pour un livre d'entretiens où le présentateur télé devait répondre aux questions du philosophe Régis Debray, mais l'ouvrage n'avait finalement pas été publié. Toutefois, l'écrivaine française d'origine camerounaise affirme avoir rédigé, à la requête de Michel Drucker, les réponses aux douze questions de Régis Debray, mais n'avoir jamais reçu les 200 000 euros qu'il lui avait promis.

Cependant, elle n'avait pas de preuves écrites de cet accord. Pour sa défense, elle a utilisé l'argument que "la relation de concubinage qu'elle entretenait à l'époque avec Michel Drucker la plaçait dans l'impossibilité morale d'exiger de lui qu'il formalise par écrit son engagement". Une thèse qui a convaincu la cour d'appel.

La cour d'appel a donc dévoilé une analyse bien opposée à celle du tribunal de grande instance de Paris. Ce dernier avait reconnu la collaboration de Mme Beyala pour trois questions seulement sur les douze, mais avait considéré que son travail, essentiellement "technique", n'était pas une "oeuvre originale" et à ce titre n'était pas susceptible de "protection par le droit d'auteur". La cour d'appel a quant à elle estimé que Calixthe Beyala avait bien "oeuvré à la composition du manuscrit", en répondant aux 12 questions posées et qu'elle était par conséquent "fondée [...] à se prévaloir de l'exécution d'une prestation au profit de Michel Drucker". La cour a effectivement reconnu que "La relation intime établie depuis plus de deux années" entre les deux parties justifiait que l'écrivaine se soit trouvée dans "l'impossibilité morale" d'exiger un contrat... Michel Drucker peut se pourvoir en cassation.
Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image