Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Milla Jovovich : Ce choix radical qu'elle a fait pour ses filles après un trauma

Milla Jovovich - Montée des marches du film « Burning » lors du 71ème Festival International du Film de Cannes. Le 16 mai 2018 © Borde-Jacovides-Moreau/Bestimage
14 photos
Lancer le diaporama
Milla Jovovich - Montée des marches du film « Burning » lors du 71ème Festival International du Film de Cannes. Le 16 mai 2018 © Borde-Jacovides-Moreau/Bestimage
Quand elle était petite, immigrée sur le sol américain qu'elle a rejoint avec ses parents en provenance de l'Union soviétique, Milla Jovovich a vécu quelque chose de très traumatisant qui l'a poussée à faire aujourd'hui un choix pour ses filles afin qu'elles ne revivent pas ce qu'elle a vécu...

Bientôt à l'affiche de deux films (Future World, de James Franco, et The Rookies), Milla Jovovich est aussi en couverture de L'Express Dix, dont elle a édité un numéro spécial mode. Dans les colonnes du magazine, elle se confie notamment à Humberto Leon, le codirecteur artistique de Kenzo, qui la dirige dans un court métrage (The Everything) réalisé pour la célèbre griffe. Face à son ami, avec qui elle partage tant de passions communes et de trajectoires de course, Milla évoque notamment son statut d'immigrée et ce qu'elle a vécu lorsqu'elle est arrivée en Californie.

"Avec mes parents, nous venions tout droit de l'Union soviétique pour refaire notre vie à Sacramento", raconte la star, qui avait 5 ans lorsqu'elle est arrivée aux Etats-Unis. "En 1981, nous étions en pleine guerre froide. Ma mère m'avait inscrite dans une école maternelle américaine. Seulement, je ne parlais pas un mot d'anglais. Je me souviens du choc des cultures, inimaginable, et de mon incapacité à me faire des amis, poursuit-elle. Les autres enfants m'ont tenue à l'écart et n'ont cessé de se moquer de mon accent et de mes origines : c'est bien connu, les gamins peuvent être d'une grande cruauté."

Encore marquée par ce souvenir douloureux et forcément traumatisant lorsqu'on est enfant et qu'on débarque dans un nouvel endroit, sans parler la langue, la star de Resident Evil a, en raison de son propre traumatisme, fait le choix radical de ne pas scolariser ses enfants dans une école américaine. "J'ai inscrit mes filles au lycée français pour qu'elles n'aient jamais à vivre ce genre d'expérience", affirme-t-elle, sans avoir à rougir. "Je crois qu'il n'y a rien de pire que la réaction d'un enfant américain vis-à-vis d'un étranger", assure celle qui est maman de deux filles, Ever Gabo (10 ans) et Dashial Edan (3 ans).

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel