Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Nicolas Bedos : ''Laurent Ruquier n'est pas mon patron, il ne me paye pas !''

15 photos
Lancer le diaporama
Ce samedi 24 mai, Daphné Bürki recevait sur le plateau du Tube, l'émission média de Canal+, le comédien et écrivain Nicolas Bedos. Le lundi 2 juin, il endossera un rôle pour le moins solennel, celui de maître de cérémonie des Molières, soirée qui récompense le meilleur du théâtre français.

Après avoir officié comme chroniqueur au sein de plusieurs émissions, Nicolas Bedos s'est invité à plusieurs reprises sur le plateau d'On n'est pas couché, le talk-show de Laurent Ruquier, s'offrant ainsi une audience plus grand public, et surtout une tribune où il peut s'exprimer sans censure aucune. C'était d'ailleurs la condition sine qua non imposée par le fils de Guy Bedos.

"J'ai demandé à Laurent Ruquier si je serais libre, il m'a dit 'Oui !'. Ce qui ne m'a pas surpris puisqu'il a cette réputation, c'est un homme bien", déclare-t-il d'abord au sujet de celui qui a fait appel à lui pour succéder à Jonathan Lambert, qui quittait définitivement l'émission en juin 2013.

A la différence faite que Nicolas Bedos, qui tournera son prochain film en octobre prochain, a toujours refusé de toucher le moindre centime pour ses chroniques, afin de s'assurer une totale liberté de ton et aucune connivence. "Ce n'est même pas mon patron puisqu'il ne me paye pas. C'est un homme admirable. Ce que je fais est totalement gratuit. D'ailleurs, ce fut compliqué car juridiquement, c'est délicat de ne pas me payer. Ce n'est pas parce que je suis philanthrope. (...) C'est parce que c'était pour moi une façon de dire : 'Vous ne pouvez rien me demander... Je suis gratos, donc laissez-moi !'", explique-t-il intelligemment, faisant preuve d'intégrité.

Enfin, questionné sur son possible recours à des auteurs pour ses chroniques, Nicolas Bedos réplique par une formule qui dissipe tout doute : "Je préférerais me tirer une balle dans la jambe que de lire des mots qui ne sont pas de moi..."

Joachim Ohnona

Le Tube, tous les samedis à 12h45 sur Canal+.
Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel