Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Ornette Coleman : Mort de la légende et précurseur du free jazz

Le monde du free jazz est en deuil. Son précurseur et musicien de génie Ornette Coleman est mort ce jeudi 11 juin à l'âge de 85 ans. Aussi décrié qu'adulé, ce saxophoniste autodidacte avait secoué le monde du jazz en brisant ses codes pour inventer le free jazz.

Et pourtant, Ornette Coleman refusera toute sa vie l'utilisation de ce nom. Un nom qui lui collera pourtant à la peau, notamment à la sortie de son album révolutionnaire The Shape of Jazz to Come, sorti en 1959, considéré comme l'un des premiers albums avant-gardiste de l'histoire du jazz et qui comprend le très passionné Lonely Woman. Un opus critiqué de toute part à sa sortie, et qui avait surpris Mile Davis himself, décontenançant la légende par ses improvisations permanentes, son manque d'harmonie et l'absence de guitare et de piano pour l'accompagner.

"Le jazz devrait exprimer davantage de sentiments que ce qu'il a fait jusqu'à présent", confiait-il, comparant les accords à un carcan dont il fallait se défaire. "L'idée, c'est que deux ou trois personnes peuvent avoir une discussion avec les sons sans essayer de les dominer. Les musiciens essaient de rassembler un puzzle émotionnel et intellectuel, dans lequel les instruments donnent le ton", expliquait-il au philosophe français Jacques Derrida dans une interview de 1997 citée par l'AFP.

L'homme qui libéra le jazz de ses conventions avec John Coltrane débuta sa carrière comme saxophoniste alto, alors même qu'il ne savait pas quel était cet instrument la première fois qu'il en avait vu un. "Alors j'ai demandé à ma mère et elle m'a dit de gagner de l'argent pour m'en acheter un. J'ai fabriqué une boîte pour cirer les chaussures (...) Jusqu'au jour où elle m'a dit : 'regarde sous le lit.' Ça m'a pris trois ou quatre ans et je l'ai sorti et j'ai joué."

En 1962, alors que "ses improvisations hors de toute contrainte harmonique, avec une grande liberté de mélodie et de rythme", comme l'écrit l'AFP, font de lui une étoile montante, Ornette Coleman disparaît de la scène musicale pour revenir après avoir appris à jouer de la trompette et du violon, toujours avec cette volonté de briser les codes et une envie d'innovation qui l'accompagneront toute sa vie. Il enregistra plusieurs albums avec son fils, Denardo Coleman, célèbre batteur de jazz qui fut également son manager.

Né dans le sud du Texas en 1930 et mort à New York où il avait fait l'essentiel de sa carrière, il avait dû faire face à de nombreuses reprises aux préjugés raciaux, tout en se trouvant parfois critiqué par sa propre communauté qui le trouvait peu engagé sur la question raciale, notamment par les artistes noirs de Los Angeles.

Il restera d'Ornette Coleman un artiste de génie, ami des rockeurs dont le regretté Lou Reed, que d'autres considèreront comme un illuminé, qui à lui seul a révolutionné le jazz.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel