Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Patti Davis: La fille de Ronald Reagan révèle avoir subi une agression sexuelle

Patti Davis: La fille de Ronald Reagan révèle avoir subi une agression sexuelle
Par Lise Normandie Rédactrice
Depuis sa Normandie natale, elle aspirait à une vie bien plus palpitante. Lassée du beurre, du cidre et des vaches, s'installer à Paris a changé sa vie... Se sentir plus proche et connectée de toutes ses stars préférées que presque personne, dans sa Normandie, ne connaît… À part Amandine Petit bien sûr, Miss Normandie et Miss France !
C'est pour soutenir une autre victime d'agression sexuelle que Patti Davis, la fille de l'ancien et défunt président des Etats-Unis Ronald Reagan, révèle avoir été violée il y a quarante ans. Elle livre ce douloureux souvenir au Washington Post.

Les témoignages d'agression sexuelle continuent de déferler. Christine Blasey Ford, universitaire de 51 ans qui enseigne la psychologie, accuse Brett Kavanaugh, le candidat de Donald Trump à la Cour suprême, de l'avoir agressée lors d'une soirée arrosée entre adolescents au début des années 1980, dans la banlieue de Washington. Sauf que l'accusatrice n'est pas prise au sérieux parce qu'elle ne souvient pas de tous les détails. Christine Blasey Ford - qui se dit prête à témoigner devant le Sénat américain - peut néanmoins compter sur de nombreux soutiens, dont celui de Patti Davis.

Dans un texte adressé au Washington Post et publié par le sérieux média le 21 septembre 2018, la fille de l'ancien président Ronald Reagan (décédé en 2004) révèle qu'elle a elle aussi été agressée sexuellement. Les faits se sont produits quarante ans auparavant, lorsque l'actrice et écrivaine de 65 ans avait la vingtaine. Alors qu'elle écrivait à l'époque des chansons - l'une de ses productions apparaît sur l'album One of These Nights de The Eagles -, Patti Davis a décroché un rendez-vous avec un important responsable d'une maison de disques qui l'a conviée dans son bureau. "J'avais apporté une cassette de mon répertoire mais je ne me souviens plus ce que le responsable a dit sur mes chansons", écrit-elle. Parce qu'il n'aura jamais été question de musique durant cette rencontre.

Il n'a pas utilisé de préservatif

Patti Davis raconte comment son interlocuteur lui a d'abord proposé de la cocaïne étalée sur un petit miroir déposé sur son bureau : "Je suis sure à 90% que j'ai refusé, pas parce que je ne prenais pas de drogue - j'en consommais pendant ces années -, mais parce que je commençais à me sentir mal à l'aise." La fille de Ronald Reagan dit se souvenir que ce jour-là le ciel s'était assombri, quel était le visage de son agresseur, ses cheveux et ce qu'il portrait. L'agression est arrivée très rapidement : "Il a traversé la pièce. Il y avait un tapis vert foncé, mais ses pas avaient l'air lourds. Il était contre moi, sur moi - si vite - avec ses mains sous mon tee-shirt et sa bouche sur la mienne, je me suis figée. J'étais allongée et il m'a poussée en lui (...) Il n'a pas utilisé de préservatif."

Je ne me souviens pas quel mois c'était

Jamais Patti Davis n'a parlé de cette agression, ni à sa psychologue, ni à celui qu'elle a épousé quelques années plus tard, Paul Grilley, dont elle a divorcé en 1990 après six ans d'union. "Je ne me souviens pas quel mois c'était. Je ne me souviens même pas si son assistant était encore là lorsque cela s'est produit. Je ne me souviens même pas ce que nous nous sommes dit lorsque j'ai quitté son bureau", ajoute-elle, soulignant le fait que les victimes d'agression sexuelle ont des pertes de mémoire liées au traumatisme.

Ce témoignage retentissant intervient alors que le mouvement "#MeToo" connaît une nouvelle phase avec "#WhyIDidntReport" ("pourquoi je n'en ai pas parlé"), qui prend de l'ampleur depuis les déclarations de Donald Trump. Le président américain s'est attaqué à Christine Blasey Ford sur Twitter : "Je suis certain que si les attaques avaient été aussi graves que ce qu'elle dit, il y aurait eu une plainte d'elle ou de ses parents." Donald Trump l'a ensuite sommée d'apporter des preuves : "jour, heure, endroit !" Ce dont elle ne se souvient pas.

A l'origine de l'explosion du mouvement "#MeToo", Alyssa Milano n'a pas tardé à lui répondre : "J'ai été agressée deux fois, une fois à l'adolescence. Je n'ai jamais porté plainte et il m'a fallu trente ans pour le dire à mes parents", a-t-elle répliqué avant de lancer le hashtag "WhyIDidntReport".

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image