Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews
NEWSLETTER

Prince William en Chine : Ours, éléphante, de quoi rendre George jaloux !

41 photos
Lancer le diaporama
Le prince William rencontre Ran Ran, 13 ans, dans le sanctuaire des éléphants de Xishuangbanna, dans la province du Yunnan, le 4 mars 2015 lors de sa visite officielle en Chine.

C'est très certainement avec le sentiment du devoir accompli et un brin de soulagement que le prince William aura laissé derrière lui kimonos, panoplie de samouraï et Cité interdite pour retrouver ses pantoufles au palais de Kensington. Le duc de Cambridge, au terme d'une visite officielle d'une semaine au Japon et en Chine en représentation de la reine Elizabeth II, a regagné ses pénates, où l'attendaient son épouse Kate Middleton, vue bien enceinte au Goring Hotel, et leur fils le prince George. Son séjour en Asie aura été un succès, marqué dans les dernières heures par sa rencontre avec un ours sympathique et un éléphant adorable.

Après avoir rencontré le président Xi Jinping, visité la Cité interdite ou encore discuté avec des jeunes évoquant leur expérience de l'exode rural, le prince William inaugurait lundi 2 mars 2015 à Shanghai le GREAT Festival of Creativity, événement organisé sous l'égide de la campagne GREAT, dont il est l'ambassadeur et qui fait promotion de l'attractivité de la Grande-Bretagne en matière d'opportunités d'investissement et d'innovation. Le lendemain, mardi 3, le duc de Cambridge, 32 ans, avait l'occasion de prolonger cette publicité en vantant les mérites des grandes écoles britanniques, lors de la cérémonie des British Council Global Alumni Awards, en présence de neuf lauréats chinois passés par de prestigieuses universités anglaises. Il se déplaçait ensuite au Musée du film de Shanghai, puis au lycée de Nanyang, où, en bon président de la Football Association et supporter du club d'Aston Villa, il a fait étalage de ses talents de footballeur.

Dans la soirée, l'hôte britannique assistait à l'avant-première locale de l'adorable comédie Paddington, en tant que président de la BAFTA (British Academy of Film and Television Arts). L'occasion de croiser sur le tapis rouge le craquant ours brun péruvien héros du film. Après une bonne poignée de papattes et une révérence, William s'est amusé du fait que son fils George aurait bien aimé être à sa place. Avant la projection, il a ensuite exhorté, devant un public de 500 personnes, les Chinois à venir étudier le cinéma en Grande-Bretagne.

Mercredi 4, le prince William se déplaçait dans la province du Yunnan, à la rencontre d'éléphants d'Asie et de villageois qui cohabitent respectueusement avec les pachydermes. Le contexte idéal pour donner de l'écho à son combat, de plus en plus ardent, pour la préservation de la faune sauvage et la lutte contre le braconnage et le commerce illégal qui déciment certaines espèces. Le duc de Cambridge, qui espère déjà que son fils, installé dans une chambre aux couleurs de la savane, défendra à son tour un jour cette cause, a fait la connaissance de Ran Ran, une éléphante de 13 ans recueillie à la réserve de Xishuangbanna après avoir été retrouvée blessée par un piège quand elle avait 5 ans. La demoiselle a eu droit à des caresses et une ration de carottes servie par le prince anglais, et, lorsque le panier se trouva vide, celui-ci plaisanta : "Tu vas avoir une indigestion !"

William, parrain du Tusk Trust et président de United for Wildlife, deux actions d'envergure pour la protection des animaux sauvages, a fait de la Chine, plaque tournante de leur commerce illégal, une de ses priorités pour faire évoluer les mentalités. Dans les rues de Shanghai, on pouvait d'ailleurs le voir s'afficher dans une campagne contre le commerce de l'ivoire, qui menace la survie de l'éléphant d'Asie (auquel son défunt oncle Mark Shand, frère de la duchesse Camilla, a voué son existence).

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image