Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Quand Nicolas Sarkozy s'en prend aux femmes... Il a recadré Laurence Ferrari et viré une bonne soeur !

C'est hier soir que Nicolas Sarkozy était l'invité du journal de 20 heures du TF1. Laurence Ferrari l'a en effet reçu sur son plateau avant qu'il ne se déplace jusqu'à un autre studio pour débattre avec onze Français des problématiques qui secouent actuellement notre pays.

Quand Dark Vador attaque... Sarkozy contre-attaque

La prestation du président a été un succès : si ce n'est pour l'image de l'Elysée, au moins pour TF1 qui a réuni 8,8 millions de téléspectateurs pour 33,5 % de part d'audience, soit un score supérieur à la moyenne du JT de la chaîne. La deuxième partie de l'intervention présidentielle, chapeautée par Jean-Pierre Pernaut, a séduit 8,6 millions de curieux : un très bon score qui a battu le très attendu Star Wars sur M6 (4,7 millions de cinéphiles pour 19,1% de PDA ) !

Sarkozy versus Ferrari : Politic Wars

Ces très bons score de TF1 n'ont pas porté préjudice qu'à M6 puisque le JT de France 2 a également fortement pâti de la présence du président : hier soir à 20 heures, David Pujadas n'a attiré que 4,7 millions de fidèles pour 18% de PDA. TF1 a donc jubilé de ces scores, d'autant que l'héroïne de ce Politic Wars, Laurence Ferrari, a tenu ses promesses. Hier, elle annonçait qu'elle "ne se briderait pas" pour cette interview et qu'elle serait "cash" comme à son habitude. Et ce fut chose faite... sauf qu'elle n'avait peut-être pas anticipé le sens de la répartie du chef de l'Etat. Dès le début du journal, Laurence Ferrari a attaqué le sujet sensible de Proglio, qui a créé la polémique il y a peu (en raison des salaires perçus par ce responsable de Véolia et d'EDF) et choqué les Français. La journaliste a rappelé que Proglio gagnait "140 fois plus" qu'un simple salarié d'EDF... ce à quoi le Président a répondu : "Je pourrais vous demander votre salaire... je suis sûr que si je le comparais à un smicard, cela choquerait beaucoup de téléspectateurs. Ne nous amusons pas à cela !". Après, bizarrement, la présentatrice a été, comment dire... plus consensuelle !

Nicolas Sarkozy : mal à l'aise parfois il a été, mais réponse à tout il avait

Mais cette soirée était surtout l'occasion de voir le président, et jeune grand-père, dans un tout nouvel exercice de communication, un exercice que Nicolas Sarkozy ne maîtrise pas encore parfaitement. Lui qui nous a habitués aux phrases cultes et spontanées (comme le fameux "Mourir, c'est pas facile") est resté très proche de ses fiches manifestement bien apprises, adoptant un ton professoral un peu déstabilisant ("Je vous demande de noter ce que je dis", a-t-il énoncé). Il s'est néanmoins efforcé de rassurer les Français sur l'avenir, en annonçant notamment une baisse du chômage cette année. Au cours de la soirée, certains panélistes se sont révélés un peu vindicatifs comme Pierre le syndicaliste, mais Nicolas Sarkozy a tout fait pour avoir une réponse idoine à chaque problématique, appelant chaque intervenant par son prénom, affichant ponctuellement un malaise parfois palpable. Le président a tenté de se rapprocher des Français grâce à cette communication de proximité, prouvant qu'il n'est qu'un être humain, élu pour le bien d'un pays : "J'ai un bail de cinq ans, c'est à moi d'en faire le bail le plus utile pour la France." Mais enfin on a eu beaucoup de promesses, d'engagement, mais pas de vrai concret.

Sarko Wars, Episode 1 : la menace élyséenne

In fine, le débat entre le président et le panel n'a pas apporté de réponses concrètes malgré la longueur de l'émission. En effet, alors qu'il était prévu que le débat animé par Pernaut prenne fin vers 21h30, l'émission Parole de Français s'est finalement terminée une heure après, à 22h30. Sarkozy a donc non seulement été la cause de la déprogrammation d'Un gendre idéal 2 (avec Frédéric Diefenthal) prévu en prime time, mais a aussi été la cause... de la suppression de Soeur Thérèse.com ! En une soirée, le président a menacé et battu deux émissions de TF1 !

Mais cette soirée a permis au président de retrouver les Français et a surtout permis à Laurence Ferrari de se révéler un peu mieux. Grâce à ce baptême du feu, la padawan Ferrari... est enfin devenue un maître Jedi.

A noter : Retrouvez le JT de Laurence Ferrari du 25 janvier 2010 dans la vidéo ci-dessus.

 

 

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel