Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Regardez Didier Porte insulter violemment Nicolas Sarkozy... Un dérapage qui lui coûte sa place ! (réactualisé)

Regardez Didier Porte insulter violemment Nicolas Sarkozy... Un dérapage qui lui coûte sa place ! (réactualisé)
5 photos
Lancer le diaporama

Réactualisation : Selon le site LePoint.fr, Didier Porte, chroniqueur incisif de France Inter, quittera la matinale de la radio à la fin de cette saison. Il a été dit, au sommet de Radio France : "On ne peut se cacher derrière l'habit d'humoriste pour prononcer des insanités. La liberté d'expression, ce n'est pas transformer l'antenne en poubelle". Suite à cette décision - qui aurait été prise antérieurement au dérapage du journaliste -, une autre question se pose : Didier Porte continuera-t-il son billet d'humeur dans l'émission Le fou du roi, animée par Stéphane Bern ? Réponse prochainement.

Le 7 juin à 13h25 : Alors que Stéphane Guillon, humoriste décapant déclencheur de polémiques, se la coulait douce dans les gradins de Roland-Garros samedi dernier, voilà que l'un de ses confrères est au coeur d'une affaire bruissante.

Le dérapage

Didier Porte se serait apparemment fait remonter les bretelles après sa chronique du 20 mai dernier, énoncée dans le cadre de la matinale de France Inter, présentée par Nicolas Demorand (qui quitte d'ailleurs cette case dès la rentrée de septembre).

Dans son billet d'humeur, il demandait à Dominique de Villepin - qui devait être interviewé en studio quelques minutes plus tard - d'insulter une bonne fois pour toute Nicolas Sarkozy avant l'émission, histoire de ne pas déraper à l'antenne. Pour aider à se sentir serein, il lui demandait de répéter après lui, la phrase très distinguée : "J'encule Sarkozy !", précisant "il n'a pas de couilles ce connard" ! Des phrases violentes qui ont engendré des réactions du même calibre.

Les réactions

Comme le rapporte Ozap.com, qui cite le site Arrêt sur images, ses propos lui ont valu une convocation de Philippe Val, le directeur de France Inter. L'entrevue, ou plutôt mise au point, fut apparemment assez houleuse. Aux côtés de sa nouvelle directrice adjointe, Laurence Bloch, Philippe Val a estimé que le mot "enculé" n'était pas le bienvenu sur la radio publique, le qualifiant également d'obscénité "sexiste". L'entrevue a été suivie d'un avertissement écrit de sa direction, envoyé en recommandé.

Invité de Canal + le 3 juin dernier, le leader de l'émission, Nicolas Demorand, s'est exprimé quant à cette chronique et s'est désolidarisé franchement de son collègue : "Je ne l'ai pas trouvée drôle. Elle était vulgaire. (...) Ce n'est pas la radio que je souhaite faire", a-t-il confié à Michel Denisot, au Grand Journal.

Sa défense

Le lendemain, au cours de son billet quotidien dans l'émission Le fou du roi de Stéphane Bern, baptisé "Lourdez Porte", le journaliste incriminé s'est défendu, racontant qu'il avait accentué l'un des traits de l'ex-Premier ministre Dominique de Villepin "qui parle notoirement comme un charretier" et lui avait attribué pour l'occasion "le syndrome de la Tourette". Attaqué entre temps aussi par le Nouvel Observateur, il a fait remarquer que la tournure de sa blague était "un tout petit peu différent que de se pointer au micro pour crier des insultes au chef de l'Etat." Didier Porte qui est déjà en procès et attaqué en justice par Arthur avait demandé en 2008 à ses collègues de France Inter d'insulter Ségolène Royal. Il hurlait à l'époque ce qui avait fait rire ses copains à l'antenne "Ségolène Royal est une pouffiasse" ! A droite comme à gauche, personne ne trouve grâce à ses yeux... On est dans une dérive incroyable d'employer de tels mots orduriers aussi bien sur des hommes que sur des femmes de pouvoir, non ?

Vous pouvez découvrir ci-dessus la fameuse chronique scandale, la réaction de Nicolas Demorand et la défense de Didier Porte.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image