Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Une star de Bollywood menacée de mort... par un leader politique indien !

Par Samya Yakoubaly Rédactrice people
Cinéphile, elle adore regarder des bande-annonces et des moments historiques à la télévision. Le prochain James Bond ou le discours d’investiture de Barack Obama lui donnent les mêmes frissons.
Bande-annonce du film Padmavati
Deepika Padukone victime de l'extrémisme du parti au pouvoir...

Deepika Padukone, son nom est peut-être méconnu en France, mais c'est une star en Inde qui a également participé au blockbuster hollywoodien xXx: The Return of Xander Cage. Icône de Bollywood à 31 ans, elle est très exposée. Au point que sa prestation dans son dernier film, Padmavati, lui a valu des menaces de mort... par un élu indien ! C'est ce que relate un article de Slate.fr.

Le Bharatiya Janata Party (BJP, parti de droite nationaliste hindou) n'a pas apprécié la superproduction Padmavati, réalisée par Sanjay Leela Bhansali, à qui l'on doit Devdas, et adaptée d'un poème indien écrit au XIVe siècle par un musulman soufi. Il s'agit d'une fiction racontant la vie de la reine hindoue Rani Padmini qui a choisi de mourir sur le bûcher de son mari, pour éviter de finir avec l'empereur musulman Alaouddin.

Première étape : sous la pression du parti, dont l'actuel Premier ministre Modhi est issu, le réalisateur a été contraint de couper certaines scènes. Le BJP s'insurgeait que la reine hindoue ait une relation avec un musulman soufi. Des extrémistes ont même violenté et menacé de mort des membres de l'équipe.

Deuxième étape : "Suraj Pal Amu, le leader du parti BJP, est allé plus loin en annonçant publiquement (avant de s'excuser) qu'il offrirait 1,5 million de dollars à quiconque aurait la tête de la comédienne Deepika Padukone, ainsi que celle du réalisateur Sanjay Leela Bhansali", indique Slate. De quoi les faire tous les deux songer à engager une garde rapprochée !

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image