Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Acteurs trop payés en France : Analyse sans tabou d'un système vicieux du cinéma

C'est ce qu'on appelle mettre les pieds dans le plat. Vincent Maraval, distributeur et producteur, fondateur de la société de distribution de films Wild Bunch, dont il est directeur des ventes internationales, propose dans les colonnes du journal Le Monde une analyse particulièrement intéressante du cinéma français, à l'heure où l'exil fiscal de l'un de ses plus grands représentants, Gérard Depardieu, n'en finit plus de faire scandale. Car en attaquant l'acteur, le voile sur ses richesses se lève. Il est bien connu pour ses cachets impressionnants de star, et pour Astérix et Obélix : Au service de Sa Majesté, son salaire peut s'estimer en millions d'euros alors que le film a été une déception au box office. Il n'est pas le seul pourtant et l'article du Monde s'attache, non pas à lyncher les acteurs trop payés, mais à tenter d'expliquer le système vicieux du financement du cinéma français.

"L'année du cinéma français est un désastre," lit-on dans les premières lignes de l'article du Monde du 29 décembre. L'attention des médias est portée sur les frasques immobilières de Gérard Depardieu, alors que c'est tout un système qui pose problème. Le cinéma français repose sur une économie subventionnée et en 2012, à part Le Prénom, ses plus gros succès ont perdu de l'argent. Les chiffres des entrées n'ont rien de honteux, mais ce sont les budgets des films qui, trop élevés notamment à cause du salaire de ses stars, empêchent un long métrage de rentrer véritablement dans ses frais.

Les exemples cités dans Le Monde sont sans équivoque. Dany Boon est payé 3,5 millions d'euros pour la romance Un plan parfait, mais les entrées ne suffiront même pas à rembourser son salaire. Vincent Cassel a été payé 226 000 euros pour son rôle dans Black Swan et le film a rapporté dans le monde entier 250 millions d'euros de recettes. Pour Mesrine, il a été payé 1,5 million d'euros et le film en rapporté 22,6 millions... Les films français sont trop chers et ne sont pas destinés au marché étranger. Depardieu, Cassel... L'auteur de l'article ne veut pas les dénoncer, soulignant qu'ils sont ceux aussi qui acceptent de réduire largement leur salaire pour des films ambitieux (Mammuth pour l'un, les films du collectif Kourtrajmé pour l'autre). Ils sont loin d'être des exceptions et on notera celle de Marilou Berry qui touche trois fois plus pour Croisière que Joaquin Phoenix dans le dernier film de James Gray, Nightingale... "Les acteurs sont riches de l'argent public et du système qui protège l'exception culturelle," lit-on dans Le Monde.

Les films coûtent trop chers par rapport à ce qu'ils rapportent et les stars - et les moins stars - sont bien trop payées par rapport aux entrées qu'elles entraînent. Le problème viendrait selon Le Monde de la surévaluation, ce que les Américains appellent le "above the line". Le cachet des acteurs augmente dans un budget en fonction de sa notoriété sur le marché télévisuel, sa "valeur télé", et c'est bien souvent l'acteur - ou l'actrice - qui entraîne les chaînes de télévisions à s'engager sur un film. Sans l'argent de la télévision, beaucoup de longs métrages ne pourraient pas voir le jour. Malheureusement, "le système d'aide du cinéma français ne profite qu'à une minorité de parvenus", écrit Vincent Maraval. Quelle solution alors ? Le producteur offre des éléments de réponse : "Limitons à 400 000 euros par acteur - et peut-être un peu plus pour un réalisateur -, assorti d'un intéressement obligatoire sur le succès du film, le montant des cachets qui qualifient un film dans les obligations légales d'investissement des chaînes de télévision." Une façon de réguler et de permettre au cinéma français de mieux exister.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans le journal Le Monde daté du 29 décembre
Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
En vidéos

"50 mn Inside", l'émission du 20 avril 2019 sur TF1.
Stéphane Bern évoque une phobie développée durant son enfance, le 17 avril 2019 sur France 2 devant Michel Cymes.
Chimène Badi émue aux larmes en voyant son papa sur le plateau de Touche pas à mon poste, le 18 avril 2019
Antoine de "10 Couples parfaits 3" en interview pour "Purepeople", mars 2019
Michel Leeb évoque le cancer de sa fille Fanny sur France 2, le 17 avril 2019
Nathalie de "N'oubliez pas les paroles" annonce être enceinte - 16 avril 2019
Marlène Duval, révélée dans "Loft Story" en 2002 et aujourd'hui chanteuse, se livre sur sa vie privée et évoque ses amours en exclusivité pour "Purepeople.com".
Le bébé de Meghan Markle s'agitant dans son ventre en janvier 2019.
Stéphane Bern annonce être célibataire sur le plateau de "Ça ne sortira pas d'ici" mercredi 17 avril 2019 sur France 2.
Marlène Duval (Loft Story 2) évoque son argent auprès de PurePeople.com.
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel