Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Andrzej Zulawski, les femmes de sa vie: Sophie Marceau, Isabelle Adjani, Romy...

Retour sur la carrière de l'avant-gardiste et sulfureux cinéaste polonais, vue sous un angle particulier : les femmes.

Mort ce 17 février à l'âge de 75 ans, Andrzej Żuławski laisse derrière lui une superbe carrière de cinéaste en étroit lien avec le cinéma français. Également connu pour avoir été en couple avec Sophie Marceau, le réalisateur polonais était de ces artistes qui aiment les femmes, et surtout qui aiment les sublimer.

À lire aussi

Sa riche carrière parle pour lui. La femme a toujours été au coeur de son cinéma, de ses intrigues. Sulfureux, dérangeant, envoûtant, passionné, romantique et érotique à la fois, le cinéma d'avant-garde de Żuławski a autant fasciné les cinéphiles qu'il a pu faire hérisser les poils des censeurs de l'Europe de l'Est. C'est cette Pologne alors soviétique qu'il fuit au début des années 1970 après le scandale causé par Le Diable, un drame en costumes où il dirige sa deuxième compagne et épouse de 1971 à 1976, la sublime Malgorzata Braunek. Le film restera interdit pendant 16 ans.

De Romy à la sulfureuse Adjani

En 1975, Andrzej Żuławski accède néanmoins à la gloire avec son classique, L'Important c'est d'aimer. Entourée de Jacques Dutronc et de Fabio Testi, Romy Schneider y est bouleversante et incandescente à la fois. Dans la peau d'une actrice ratée contrainte, pour survivre, de tourner dans des films pornographiques, elle oscille entre son mari (Dutronc) et un jeune photographe qui l'a séduite au premier regard.

Six ans plus tard, c'est la grande Isabelle Adjani qu'il a l'honneur de révéler dans Possession, peut-être le film le plus marquant de sa carrière. Le long métrage, interdit aux moins de 16 ans, mêle drame, érotisme et horreur. L'histoire : Rentrant d'un long voyage, Marc retrouve à Berlin sa femme Anna et son fils, Bob. Mais rapidement, il se rend compte que le comportement de sa femme a changé. Prise de violentes crises, elle quitte le domicile et se réfugie dans une étrange demeure où semble se cacher une créature surgie des ténèbres. Le film est sélectionné à Cannes et permet à Isabelle Adjani, auteure d'une performance acclamée, de glaner un premier César en 1982. De cette expérience, elle dira plus tard : "Je dois à la 'mystique' d'Andrzej Żuławski de m'avoir révélé des choses que je ne voudrais jamais avoir découvertes... Possession, c'était un film infaisable, et ce que j'ai fait dans ce film était tout aussi infaisable. Pourtant, je l'ai fait et ce qui s'est passé sur ce film m'a coûté tellement cher... Malgré tous les prix, tous les honneurs qui me sont revenus, jamais plus un traumatisme comme celui-là, même pas... en cauchemar !"

Sophie Marceau, l'amour braque

1981 sera une année très particulière pour Żuławski. À Cannes, il triomphe et dérange avec Possession. Mais lorsqu'il croise le regard de Sophie Marceau dans le hall du Majestic, un nouveau chapitre s'ouvre. Et si Żuławski faisait jusqu'ici couler de l'encre pour son cinéma sulfureux, il va désormais faire les choux gras de la presse du coeur pour son idylle avec la jeune comédienne française. En effet, elle avait 14 ans et lui 40, lorsqu'ils se sont connus.

26 années les séparent, mais ils formeront un couple pendant plus de 17 ans avec notamment un enfant pour l'actrice (Vincent, né en 1995). Fou amoureux de la star française, Żuławski en fait sa muse dans L'amour braque (1984) et la sublime. Pour lui, l'actrice de La Boum prend des risques devant un public qui la (re)découvre au coeur de cette histoire où un gangster hystérique, une jeune prostituée et un être innocent vivent des rapports passionnés. Ils seront pris dans la tourmente d'un règlement de comptes implacable. Encore une fois, deux hommes (Tchéky Karyo et Francis Huster) entourent la raison de vivre de ce film.

D'instinct, je suis donc allée vers quelqu'un avec qui je pouvais me terminer, me bâtir, et qui pouvais me protéger, me cadrer. J'avais besoin d'un maître à penser

Après avoir dirigé Valérie Kaprisky au côté de Lambert Wilson et Francis Huster dans La Femme publique, Andrzej Żuławski retrouve sa brûlante compagne en 1989 dans Mes nuits sont plus belles que vos jours, où elle joue, ironie du sort, une télépathe mariée qui entretient une relation avec un homme plus âgé (joué par Jacques Dutronc).

Un an plus tard, Sophie Marceau est à nouveau à l'affiche d'un film de son companon - La Note Bleue - lequel dépeint cette fois-ci le dernier jour de la relation entre George Sand et Frédéric Chopin. La regrettée Marie-France Pisier donne ici la réplique à Janusz Olejniczak, Marceau occupant un second rôle, celui de la douce et envoûtante Solange...

En 1999, le tandem signe sa dernière collaboration, La Fidélité, dans lequel Sophie Marceau se retrouve torturée par ses sentiments amoureux éprouvés pour Pascal Greggory et Guillaume Canet. Il s'agit du dernier long métrage d'Andrzej Żuławski pendant de longues années. En 2001, le cinéaste et la comédienne se séparent. "Tout était arrivé trop vite dans ma vie, alors que je n'étais pas encore finie, confiera-t-elle en 2013 à Psychologies Magazine. D'instinct, je suis donc allée vers quelqu'un avec qui je pouvais me terminer, me bâtir, et qui pouvais me protéger, me cadrer. J'avais besoin d'un maître à penser."

Le maître à penser, également papa de deux autres garçons, Ignacy (son premier fils, fruit de son idylle avec la peintre Hannah Wolska) et Xawery (fils de Małgorzata Braunek), mettra du temps à revenir au cinéma. Fin 2015, il dévoile finalement Cosmos, son ultime long métrage, encore porté par une femme : Sabine Azéma.

Christopher Ramoné

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel