Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

"J'avais les larmes aux yeux" : Patrick Fiori bouleversé par son rôle dans Mauvaises Graines

Par Léandro Carvalho Rédacteur
Fan d’actualités en tout genre et du style très coloré d’Elizabeth II, il passe la plupart de son temps sur les réseaux sociaux à la recherche d’une bonne histoire à raconter.
12 photos
Auprès de "Télé Magazine", Patrick Fiori s'est confié sur ses débuts dans une fiction bientôt diffusée. À l'affiche de "Mauvaises Graines", de Thierry Petit, l'artiste de 52 ans a confié avoir été bouleversé par son rôle.

Lors d'une interview accordée à Télé Magazine, Patrick Fiori est revenu sur sa carrière. Présent au casting de Mauvaises graines - diffusé sur France 3 le 26 octobre 2021 -, le coach vocal de The Voice s'est confié sur les touchantes similarités entre son rôle et sa vie privée.

Dans le téléfilm réalisé par Thierry Petit, l'artiste y incarne le rôle de Jean Bogossian. Un nom d'origine arménienne qui fait référence à son véritable nom de famille. Car avant d'être connu dans tout l'Hexagone comme Patrick Fiori, l'artiste de 52 ans était connu sous Patrick Chouchayan. Un nom de famille qu'il a changé à l'âge de 14 ans : "À l'école, personne ne savait prononcer mon nom de famille : Chouchayan. Alors, à 14 ans, j'ai demandé à mon père si ça le dérangeait que je prenne le nom de jeune fille de ma mère, qui veut dire 'fleurs' en italien", avait-il indiqué à nos confrères de Femme Actuelle en 2015.

Un rôle sur-mesure

Toutefois, en lisant le script de ce téléfilm, Patrick Fiori a partagé avoir ressenti beaucoup d'émotion. "J'ai l'impression de rencontrer mon père jeune. En lisant le scénario, j'avais les larmes aux yeux, a-t-il expliqué à Télé Magazines. Cette générosité, cette envie de motiver ses troupes, c'est lui." Un rôle qui fait écho à sa famille, mais également à son enfance.

"Jean Bogossian, c'est aussi la cité Bel-Air à Marseille, où j'ai grandi parmi soixante-dix nationalités. J'ai connu ce monde où toutes les portes étaient ouvertes, où je pouvais taper dans toutes les gamelles. Je mangeais arabe à midi, créole le soir et chinois le lendemain", a-t-il indiqué, nostalgique. Et de conclure, sur son enfance à Marseille : "Nous, les enfants, on ne cherchait pas à savoir qui priait quoi. Nos dieux, c'était bouffer et courir dans les collines. Kiffer la vie, quoi ! Jean Bogossian, il était en moi. Je n'ai fait que le réveiller."

Découvrez l'interview intégrale de Patrick Fiori dans Télé Magazine, disponible en kiosque.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image