Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

"Le 15h17 pour Paris" de Clint Eastwood bientôt retiré des salles ?

5 photos
Lancer le diaporama
Le film nous fait revivre l'attaque du Thalys du 21 août 2015 et ça pose problème... pour l'assaillant.

Déjà pas aidé par la critique, le nouveau film de Clint Eastwood, Le 15h17 pour Paris, pourrait risquer un retrait des salles obscures dans lesquelles il est actuellement diffusé. En effet, le long métrage qui retrace l'attaque du Thalys qui reliait Amsterdam à Paris le 21 août 2015 pourrait gêner la procédure judiciaire en cours.

Pour l'avocate de l'assaillant et tireur présumé Ayoub El-Khazzani, c'est une évidence. Elle envisage même d'attaquer la Warner pour obtenir la suspension du film. Sarah Mauger Poliak estime que le long métrage de Clint Eastwood constitue "une atteinte grave à la sérénité de la justice, à la loyauté des débats, à la présomption d'innocence et aux droits de la défense".

En ligne de mire, une reconstitution des faits qui lui a été refusée le 5 février dernier par les juges en charge de l'enquête, parce que "c'était inutile, puisqu'il y avait déjà le film". "La justice se plie devant un réalisateur de fiction", s'étrangle Sarah Mauger Poliak, bien décidée à faire retirer le temps que le procès aboutisse. "Vu les enjeux économiques qu'il y a derrière, je doute que cela aboutisse mais cela pourrait créer une jurisprudence", a-t-elle confié à France 3.

Théâtralisation outrancière et déplacée

Pour l'avocate d'Ayoub El Khazzani, le film de Clint Eastwood est une "théâtralisation outrancière et déplacée (du film), qui retire l'enquête des mains des juges d'instruction et la confisque aux salles d'audience pour l'exposer sous les projecteurs des salles de cinéma". Portée par les trois mêmes jeunes héros américains qui avaient réussi à bloquer l'assaillant, l'oeuvre "présente à l'opinion publique une vision 'cinématographique' ('romancée') des faits, alors même que Monsieur El Khazzani n'a pas encore été jugé", d'après la défense du suspect. L'avocate a également souligné qu'elle n'avait pas été consultée par l'équipe de production du film, contrairement aux autres parties.

"En France, on a des grands principes, dont la présomption d'innocence. Là, on nous explique que Clint Eastwood va délivrer la vérité, avec une vision complètement unilatérale des faits, où la présomption d'innocence est bafouée. Je ne vois pas comment une instruction peut se dérouler sereinement quand on voit des personnes répéter des scènes du film avant de témoigner auprès d'un magistrat instructeur", a tonné l'avocate.

En attendant, le film est toujours en salles. Aux États-Unis, il a réalisé le troisième meilleur score lors de son premier week-end d'exploitation avec un timide 12,6 millions de dollars de recettes, alors qu'en France, les prévisions estiment que Le 15h17 pour Paris ne dépassera pas les 160 000 entrées pour sa première semaine.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel