Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cannes 2022
Roland-Garros
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Royauté

"Mimer des actes sexuels, nous faire sucer des saucisses..." : Valérie Pécresse marquée par le bizutage

"Mimer des actes sexuels, nous faire sucer des saucisses..." : Valérie Pécresse marquée par le bizutage
Par Samya Yakoubaly Rédactrice
Cinéphile, elle adore regarder des bande-annonces et des moments historiques à la télévision. Le prochain James Bond ou le discours d’investiture de Barack Obama lui donnent les mêmes frissons.
9 photos
Pour l'émission "Une ambition intime", Valérie Pécresse revient sur son parcours, bien avant de devenir présidente du conseil régional d'Ile-de-France. En lice pour les primaires Républicaines et la présidentielle, la femme politique de droite a dû passer par la case "bizutage" dans sa jeunesse, des souvenirs humiliants.

Méconnue du grand public et voulant protéger sa famille, Valérie Pécresse a choisi d'accepter la lumière des projecteurs de l'émission Une ambition intime sur M6 ce 7 novembre 2021, à l'aube de la primaire des Républicains pour la présidentielle de 2022. La femme politique de 54 ans a répondu aux questions de Karine Le Marchand, montrant ses trois enfants Baptiste (25 ans), Clément (23 ans) et Émilie (18 ans) et son cher mari Jérôme. Elle est également revenue sur son parcours et notamment ses études en classes préparatoires économiques et commerciales, révélant les bizutages qu'elle a subis.

Pour intégrer HEC, Valérie Pécresse suit les classes préparatoires économiques et commerciales, plus connues sous le nom de prépa. Ayant décroché son bac à 16 ans seulement, elle a dû faire face, très jeune, à la tradition du bizutage : "On nous disait que plus on subirait, plus en fait ça voulait dire qu'on était fortes." Elle donne les détails de ce qu'elle a dû supporter durant ces années : "Nous faire sortir de nos lits à 5 heures du matin, nous faire crapahuter dans la boue, nous faire faire des pompes au dessus d'un homme allongé, nous faire porter des charges, mimer des actes sexuels, nous faire sucer des saucisses avec des masques sur les yeux. C'était très humiliant, il y a des garçons et des filles qui peuvent être marquées à vie."

Valérie Roux, son nom de jeune fille, décroche malgré tout son diplôme en 1988, mais garde en mémoire ces humiliations. Elle confie que c'est son expérience personnelle qui la motivera à contrôler ces pratiques estudiantines, lorsqu'elle sera ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Après HEC, Valérie Pécresse intègre l'École nationale d'administration (ENA), terminant deuxième de sa promotion. Aujourd'hui présidente du conseil régional d'Ile-de-France, celle qui a fait fi des attaques sexistes s'apprête à débattre avec les autres pontes des Républicains, parmi lesquels Michel Barnier et Xavier Bertrand.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image