Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Avengers : Joss Whedon, le papa de Buffy qui s'est incrusté à Hollywood

Parmi les nombreux paris risqués du blockbuster Avengers, la présence de Joss Whedon derrière la caméra était certainement le plus intense. Révélé avec la série Buffy contre les vampires (1997-2003) et suivi par une solide communauté de fans, le scénariste et réalisateur s'est curieusement retrouvé à la tête d'une superproduction monumentale de 220 millions de dollars, premier rassemblement des super-héros Marvel au cinéma.

Buffy, tueuse increvable

Retour vingt ans en arrière. Scénariste de télévision, Joss Whedon écrit l'étrange histoire d'une adolescente tueuse de vampires, élue pour arrêter les forces du mal. Acheté par un studio, le scénario est édulcoré à n'en plus finir, à tel point que Whedon décide de quitter le plateau pour ne plus y revenir. "J'avais écrit un film effrayant sur une femme forte, et ils en ont fait une comédie grand public. Ça a été douloureux." expliquera t-il.

Entré dans l'histoire comme l'un des plus beaux navets des années 90, Buffy tueuse de vampires (1992) aurait pu briser le destin de Joss Whedon. Mais l'homme n'a rien de normal. Nommé aux Oscars pour le scénario de Toy Story (1995), il est contacté par la Fox pour créer une série sur l'héroïne Buffy. Intercalée en cours de saison pour combler les grilles en 1996, Buffy contre les vampires ne tarde pas à devenir la surprise de l'année.

Au-delà de son postulat absurde et comique, Buffy contre les vampires prend chaque année une direction plus mature. Créateur de la série, Joss Whedon se mue en véritable auteur, porté par un second degré hilarant et une propension à toucher de véritables thématiques. Les saisons s'enchaînent et ne se ressemblent pas : une comédie musicale, un épisode sans aucune musique et un autre où les personnages sont privés de voix ponctuent cette série inclassable, unique et culte.

Joss Whedon, scénariste indomptable

Parallèlement, Joss Whedon est à nouveau malmené par les studios. Choisi pour réanimer Ellen Ripley - morte dans Alien 3 - pour un quatrième épisode de la série réalisé par le Français Jean-Pierre Jeunet, il assiste encore une fois à la destruction de son histoire : "Ce n'était pas qu'ils ont tout fait différemment, quoiqu'ils aient changé la fin. C'est surtout qu'il ont tout mal fait. Ils ont suivi les dialogues, le plus souvent, mais ne les ont pas dits comme il fallait. Et le casting n'allait pas. Et les décors non plus. La musique non plus. Ils ont tout fait de la mauvaise manière. Ça a été une très bonne leçon de mise en scène, parce qu'ils se référaient toujours au scénario. Mais ça n'était pas une question de scénario, c'est juste qu'ils l'ont mis en scène de la pire manière qui soit."

Connu pour ses répliques marquantes, souvent liées à la culture populaire, Joss Whedon est engagé pour ajouter une touche humoristique aux scénarios de Speed (1994), Waterworld (1995), Twister (1996) ou encore X-Men (2000). Là encore, il reste marqué par l'expérience du scénariste, victime collatérale du blockbuster : "La pire des choses est de voir un acteur dire le dialogue de la mauvaise manière. Ils disent que le scénario est nul, mais c'est la manière de le dire qui l'est."

La télévision, une page brûlée

Pendant que la série Angel (1999-2004) ne passionne que les nostalgiques de Buffy contre les vampires, Joss Whedon écoute son amour de la bande-dessinée avec Firefly (2002-2004), une aventure télévisée décalée qui tourne autour d'un équipage de hors-la-loi de l'espace. Suivie de près par ses fidèles, elle ne convainc pas la chaîne qui annule très vite la série. Deux ans plus tard, il parvient néanmoins à monter une adaptation sur grand écran avec les mêmes acteurs, Serenity (2005). Le succès est moindre, mais Joss Whedon passe enfin le cap de la réalisation, après s'être formé sur quelques épisodes de ses séries.

Quatre ans plus tard, Dollhouse (2009-2010) marque son retour sur le petit écran, avec une nouvelle histoire de super-héroïne fantastique. Coincé entre son désir de créer une vraie mythologie et les exigences économiques de la chaîne, la série bancale s'écroule sur elle-même. Un mal pour un bien puisque dans la foulée, Joss Whedon écrit le film d'horreur La Cabane dans les bois (2011), rencontre l'acteur Chris Hemsworth et le conseille à Kenneth Branagh pour le rôle de Thor (2011). Discrètement, Whedon travaille déjà sur le scénario d'Avengers, le blockbuster chargé de connecter la plupart des super-héros Marvel, et réalise même la scène post-générique de Thor.

Des Vengeurs et une Cabane

Dès l'annonce de Joss Whedon au poste de réalisateur, les médias s'enflamment et l'attente autour d'Avengers explose. Les fans relient la petite bande de Buffy contre les vampires, surnommée le "Scooby Gang", à l'équipe de super-héros d'Avengers ; la Veuve noire est désignée comme l'héritière de la Tueuse de vampires ; l'humour décalé de Thor est attribué à Whedon. Avengers devient le symbole de l'avènement du geek, principal client de ce blockbuster pop-corn, antithèse absolue des torturés The Dark Knight (2008) et Watchmen (2009).

En plus de réunir les super-héros de ces dernières années dans un seul et même spectacle, Avengers est certainement l'un des meilleurs films du genre. L'humour le dispute à l'adrénaline, sans jamais prendre le pas sur une intrigue classique mais diablement efficace, menée tambour battant. Ça et là, les connaisseurs verront une situation burlesque qui auraient pu trouver sa place dans Buffy contre les vampires, ou une attitude qui rappelle le héros de Firefly. Dans la foulée, les studios libèrent enfin La Cabine dans les bois, resté dans les cartons depuis plus d'un an. Scénarisée et produite par Joss Whedon, également réalisateur de seconde équipe, cette série B incroyablement inventive pourrait bien marquer le genre comme Wes Craven l'avait déjà fait avec Scream (1996).

De Buffy contre les vampires à Avengers, de Avengers à La Cabane dans les bois, le retour de cet homme de l'ombre est incontournable. La preuve définitive que le nom de Joss Whedon est fin prêt à dépasser le cercle des geeks et amateurs de séries.

Avengers, actuellement en salles. La Cabane dans les bois, sortie le 2 mai.

Geoffrey Crété

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel