Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Ben Affleck et la polémique sur son ancêtre esclavagiste : ''Un goût amer''

En 2014, Sony Pictures était victime d'un piratage de grande envergure et des milliers de mails ont ainsi été publiés sans le consentement de leurs expéditeurs ou leurs récipiendaires. Parmi les stars éclaboussées par ce scandale : Ben Affleck. En effet, l'acteur américain, très impliqué dans la vie politique et sur les sujets de société, a demandé à ce qu'une information peu reluisante sur un de ses ancêtres esclavagiste soit retirée d'un documentaire lui étant consacré... Une révélation faite par Wikileaks. Dans la tourmente, l'acteur a fini par réagir sur Facebook où il ne cache pas qu'il a tout fait pour faire passer sous silence cette information.

Le 21 avril 2015, Ben Affleck est donc sorti de son mutisme pour s'expliquer sur les raisons qui l'ont poussé à demander au journaliste Skip, de son vrai nom Henry Louis Gates (également professeur à Harvard en charge des recherches sur la culture afro-américaine), de ne pas mentionner dans son émission sur les stars et leurs arbres généalogiques Finding Your Roots, diffusée sur la chaîne PBS, un ancêtre à lui qui avait jadis possédé des esclaves. Si le journaliste n'était pas à l'aise avec cette idée, au point de demander conseil au directeur général de Sony, Michael Lynton, le voeu de l'acteur avait été exaucé.

"Après une recherche poussée sur mes ancêtres dans Finding Your Roots, on a découvert que l'un de mes parents éloignés était esclavagiste. Je ne voulais pas qu'une émission de télévision concernant ma famille puisse inclure un mec ayant eu des esclaves. Cela m'embarrassait. Cette idée m'a laissé un goût amer. Skip décide de ce qui se dit dans l'émission. J'ai fait pression sur lui de la même façon que je fais pression sur les réalisateurs de cinéma à propos du choix des prises qu'ils devraient faire. C'est un processus collaboratif de création. Skip a accepté mon point de vue sur cet esclavagiste mais il a fait d'autres choix avec lesquels je n'étais pas d'accord. Au final, cela reste son émission et je savais ce qui y serait dit. Je suis fier d'être son ami et fier d'avoir participé", a-t-il commencé.

Ben Affleck a ensuite ajouté : "Il est important de garder à l'esprit que ce n'est pas une émission d'informations. Finding Your Roots est une émission à laquelle on participe volontairement, en apportant des informations sur sa famille, ce qui rend forcément plutôt vulnérable. On part donc du principe qu'ils ne seront jamais malhonnêtes avec vous et qu'ils respecteront votre volonté de participer et ne de pas inclure des choses qui pourraient embarrasser votre famille vivante. Je regrette que mes pensées de base sur ce problème d'esclavagisme n'aient finalement pas été incluses dans l'histoire. Nous ne méritons ni louanges ni blâme à propos de nos ancêtres, et l'intérêt qu'a suscité cette histoire est le signe que, en tant que nation, nous avons encore du mal à gérer ce terrible héritage. (...) Je suis content que mon histoire, indirectement cependant, puisse contribuer à ce débat. Bien que je n'aime pas que ce mec ait été mon ancêtre, je suis heureux que cet aspect de l'histoire de notre pays devienne un sujet de discussion."

Ben Affleck a également expliqué dans les commentaires qu'il n'était pas à l'aise avec le terme "censure" employé par certains médias pour qualifier son souhait ne pas mentionner cet ancêtre dans l'émission. Le mari de Jennifer Garner a aussi expliqué qu'un livre devait être lancé pour parler du passé peu reluisant de ce parent éloigné et qu'il ne manquerait pas de pleinement collaborer.

Thomas Montet

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel