Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
Star Academy
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
Bons plans
NEWSLETTER

Brigitte Macron l'air grave auprès d'Emmanuel : le couple interpelle une figure controversée

Brigitte Macron l'air grave auprès d'Emmanuel : le couple interpelle une figure controversée
Par Mafalda Betty Rédactrice
Citoyenne du monde qui adore les blind tests des années 90, elle se passionne pour les histoires de cœur avec ou sans happy end des personnalités françaises et internationales.
18 photos
C'est un sujet majeur pour la première dame française. Brigitte Macron était auprès de son époux et dirigeant français Emmanuel pour lancer un "laboratoire pour la protection de l'enfance en ligne", afin d'encadrer au mieux la nouvelle génération face aux dérives du numérique.

On a pu les voir complices lors d'un week-end très discret dans l'une de leurs destinations françaises préférées, Honfleur. Emmanuel et Brigitte Macron sont tout aussi unis, mais avaient l'air grave, pour mener des batailles pour la France. Ce 10 novembre 2022, le président de la République a ainsi lancé à Paris un projet capital au côté de son épouse si impliquée sur le sujet des enfants : un "laboratoire pour la protection de l'enfance en ligne", réunissant une série d'acteurs internationaux. Il a interpellé à cette occasion le nouveau propriétaire de Twitter, Elon Musk, pour lui demander de se joindre à l'initiative, ajoute l'AFP.

"@elonmusk, Will the bird protect our children ?" ("L'oiseau protègera-t-il nos enfants ?"), a tweeté le chef de l'Etat en référence au célèbre logo du réseau social en forme d'oiseau bleu. "À tous les volontaires : rejoignez-nous !", a-t-il également suggéré sur Twitter à l'issue du coup d'envoi de l'initiative. Ce laboratoire, qui réunit plateformes, ONG et régulateurs, doit répondre à l'exposition croissante des mineurs à la pornographie, au harcèlement et à la violence en ligne. Il a été initié lors d'une réunion à l'Elysée avec des organisations non gouvernementales et des représentants des grandes plateformes numériques et moteurs de recherche (Meta, Microsoft, Google, TikTok...) à l'occasion du Forum de Paris sur la Paix.

Les présidents argentin Alberto Fernandez et estonien Alar Karis ont participé également au lancement de cette initiative. "L'espace numérique ne peut pas être un lieu de non-droit. C'est le combat qu'on a mené contre le terrorisme, qu'on mène contre les discours de haine en ligne. C'est ce qu'on doit poursuivre au niveau de la protection de nos enfants", a déclaré Emmanuel Macron au début de la table ronde.

Ce laboratoire doit identifier les "bonnes façons de réguler et de mieux protéger nos enfants en ligne", a souligné le chef de l'Etat, au côté de son épouse Brigitte, également mobilisée sur le sujet. "Protéger nos enfants en ligne implique de mieux vérifier l'âge des utilisateurs, de mieux détecter et stopper les prédateurs sexuels, de mieux détecter et répondre au harcèlement, d'être plus efficaces pour retirer les contenus", a-t-il détaillé sur Twitter. Il faudra notamment voir comment agir "vite et de manière coordonnée entre les multiples plateformes numériques pour retirer les contenus pédopornographiques ou intimes qui ont été diffusés sans le consentement des mineurs et de leur famille", a-t-il insisté durant la réunion.

Lutter contre l'extrémisme violent en ligne

Cette initiative se veut calquée sur l'Appel de Christchurch contre l'extrémisme violent en ligne, lancé par la Nouvelle-Zélande et la France après la tuerie de 2019 qui avait fait 51 morts dans deux mosquées de cette localité néo-zélandaise, rappelle l'AFP. Les images prises par l'auteur de la tuerie étaient alors restées accessibles en ligne pendant plusieurs heures. L'appel a contribué à réformer le Forum mondial d'internet contre le terrorisme (GIFCT), afin d'accélérer le retrait des images en cas de crise.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image