Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cannes 2022
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Bruno Questel violé à 11 ans : le député LREM brise le silence

Bruno Questel violé à 11 ans : le député LREM brise le silence
Par Tom Spencer Rédacteur
Fan des corgis, des iconiques Spice Girls, de la princesse Diana et adepte de tea time, Tom Spencer aime notamment relater la vie des membres de la couronne britannique mais n’est jamais contre un petit détour outre-Atlantique.
L'heure est plus que jamais à la libération de la parole. Dans la foulée de l'affaire Olivier Duhamel, les témoignages de victimes affluent. Dernier en date : celui du député Bruno Questel. Il a livré un récit poignant.

A la suite de l'affaire Olivier Duhamel, accusé par sa belle-fille Camille Kouchner d'avoir violé son frère jumeau quand ils étaient adolescents à la fin des années 1980, une flopée de témoignages de personnes victimes d'actes similaires a fleuri sur la Toile et dans les médias. Le député LREM de l'Eure, Bruno Questel, a confié avoir été lui-même victime, quand il était enfant, d'un viol par un homme de son village en Corse.

C'est sur Twitter, qui sait parfois se montrer comme un réseau étant autre chose qu'un déversoir de haine ou un refuge pour trolls, que le député âgé de 54 ans a pris la parole lundi 18 janvier 2021. "Il n'était pas de ma famille, il était du village ; de ces lieux où la famille est grande. J'avais 11 ans. Je n'ai jamais oublié. Aucune excuse possible. Aucun pardon possible. Aucun repos pour les auteurs de ces actes. Il faut s'indigner toutes les secondes", a-t-il écrit.

Une première prise de parole, poignante, complétée par des propos dans les pages de Paris Normandie, ce mercredi 20 janvier. "Le type est mort, c'est à ce moment-là que j'ai pris conscience qu'il me manquait quelque chose. Pour moi, la justice n'est jamais passée parce qu'elle n'a jamais été informée (...) L'omerta vous rend terriblement solitaire", a précisé Bruno Questel. "Depuis plusieurs jours je n'étais pas bien. Une petite musique commençait à s'installer" sur "une logique d'excuses" à l'égard des auteurs, a-t-il expliqué à l'AFP.

Bruno Questel dit "mesurer à la lecture des nombreux messages de soutien qu'(il) reçoi(t) que la démarche peut permettre à la parole de se libérer". Deux ans et demi après l'entrée en vigueur de la loi Schiappa contre les violences sexuelles et sexistes, le Sénat examinera jeudi 21 janvier une proposition de loi visant à créer un nouveau crime sexuel pour protéger les mineurs de moins de treize ans.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image