Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

César 2021 : Marina Foïs cinglante, Roselyne Bachelot amère en coulisses...

50 photos
Voir 50 photos
César 2021 : Marina Foïs cinglante, Roselyne Bachelot amer en coulisses...
Sans surprise, le ton était aux revendications vendredi soir, lors de la 46e édition des César. Dans le rôle de maîtresse de cérémonie, Marina Foïs n'a pas mâché ses mots, quitte à critiquer ouvertement Roselyne Bachelot en coulisses.

Cette 46e cérémonie était sans conteste celle du mécontement. Dès le début des César édition 2021, organisés à l'Olympia en comité restreint, la maîtresse de cérémonie a planté le décor avec un discours d'ouverture pour le moins piquant. Un sac à caca à la main, Marina Foïs a d'emblée évoqué la crise sanitaire et les mesures parfois contradictoires du gouvernement. L'interminable fermeture des salles de spectacles et cinémas étant bien sûr le coeur du problème dénoncé vendredi soir, en présence de la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, qui a écouté les nombreux discours de revendication depuis les coulisses.

"Soyons justes, le gouvernement n'a pas rien fait, il y a des aides, et la ministre non plus, elle n'a pas rien fait, Marina Foïs a-t-elle notamment lancé au début de la cérémonie. Madame Bachelot, vous sortez un livre en pré-vente sur Amazon, 18 euros, Ma vie en rose, dans lequel vous donnez votre recette de pâtes au gorgonzola, vous avez vraiment les petits trucs pour trouver du réconfort, pour traverser les crises, c'est réconfortant le gorgonzola merci pour ça. Mais en interview chez Delahousse, vous dites, 'Le gorgonzola ça se râpe très bien' et là je vous perds madame la ministre. Et je perds confiance en vous, parce que le parmesan oui, le gorgonzola non. Et que faire quand on n'a plus confiance en son ministre de tutelle à l'heure où se joue l'avenir du cinéma et de l'exception culturelle française ?" Et à la maîtresse de cérémonie d'ajouter que présenter les César, "c'est maso, c'est comme avoir une pharmacienne à la culture en pleine pandémie".

Depuis les loges, Roselyne Bachelot n'aurait pas vraiment apprécié ce discours d'ouverture très critique. A en croire les informations publiées par le Parisien samedi matin, "la ministre n'a pas forcément bien digéré" les blagues de Marina Foïs...

Interrogée sur la crise culturelle qui frappe la France depuis de longs mois juste avant la cérémonie, Roselyne Bachelot a répété qu'elle comprenait "la souffrance, la détresse, l'exaspération" de toute la profession après quatre mois de fermeture des salles de cinéma. "Je veux tenir ce soir un message d'espoir, nous sommes en train de bâtir avec la filière les conditions de réouverture des salles. Nous avons des films à montrer au public, qui adore le cinéma français. Ces processus, nous sommes en train de les bâtir avec les professionnels."

Pour ce qui est des récompenses, le film Adieu les cons d'Albert Dupontel a raflé les prix les plus attendus, y compris celui du meilleur film et de la meilleure réalisation. Laure Calamy a quant à elle décroché le César de la meilleure actrice pour le film Antoinette dans les Cévennes tandis que Sami Bouajila a été récompensé pour son rôle dans Un fils.

Voici le palmarès intégral :

Meilleur film : Adieu les cons de Albert Dupontel

Meilleur réalisation : Albert Dupontel pour Adieu les cons

Meilleure actrice : Laure Calamy pour Antoinette dans les Cévennes

Meilleur acteur : Sami Bouajila dans Un fils

Meilleure actrice dans un second rôle : Émilie Dequenne dans Les Choses qu'on dit, les choses qu'on fait

Meilleur acteur dans un second rôle : Nicolas Marié dans Adieu les cons

Meilleur espoir masculin : Jean-Pascal Zadi pour Tout simplement noir

Meilleure espoir féminin : Fathia Youssouf pour Mignonnes

Meilleur scénario original : Albert Dupontel pour Adieu les cons

Meilleure adaptation : Stéphane Demoustier pour La Fille au bracelet

Meilleurs costumes : Madeline Fontaine pour La Bonne Épouse

Meilleur photographie : Alexis Kavyrchine pour Adieu les cons

Meilleurs décors : Carlos Conti pour Adieu les cons

Meilleur montage : Tina Baz pour Adolescentes

Meilleur son : Yolande Decarsin, Jeanne Delplancq, Fanny Martin et Olivier Goinard pour Adolescentes

Meilleure musique originale : Rone pour La Nuit venue

Meilleur premier film : Deux de Filippo Meneghetti

Meilleur film d'animation : Josep de Aurel

Meilleur film documentaire : Adolescentes de Sébastien Lifshitz

Meilleur film étranger : Drunk de Thomas Vinterberg

Meilleur court métrage : Qu'importe si les bêtes meurent de Sofia Alaoui

Meilleur court métrage d'animation : L'Heure de l'ours de Agnès Patron

César des lycéens : Adieu les cons de Albert Dupontel

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image