Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Christophe Rocancourt encore au tribunal : nouveau look pour celui qui assure avoir "changé"

Christophe Rocancourt encore au tribunal : nouveau look pour celui qui assure avoir "changé"
Par Ari Guardiola Journaliste
Si elle a bien fait son choix (évident) entre Leo Messi et Cristiano Ronaldo, il n’est pas question de décider qui elle préfère entre Meghan Markle et Kate Middleton. Poissons ascendant Verseau, elle est dotée d'un sixième sens qui l'aide à vous dénicher les informations les plus cachées sur vos stars préférées.
13 photos
Ce lundi 19 septembre, Christophe Rocancourt a été jugé à Paris, pour trafic d'influence et escroquerie notamment. L'escroc des stars a assuré avoir "changé".

Ce lundi 19 septembre,Christophe Rocancourt était présent au tribunal à Paris, afin d'être jugé pour trafic d'influence et escroquerie notamment. Celui que l'on surnomme "l'escroc des stars" a assuré lundi avoir "changé" et pris le contrepied de certaines de ses déclarations pendant l'enquête. Ancien compagnon de Sonia Rolland, et père de leur fille née en 2007, Tess, Christophe Rocancourt est connu pour avoir dans les années 1990 soutiré des millions de dollars à de riches Américains, à Hollywood et New York, en multipliant les pseudonymes, ce qui lui a valu de passer plusieurs années en prison.

En France, Christophe Rocancourt a été condamné en 2012 pour abus de faiblesse sur la réalisatrice Catherine Breillat et, cinq ans plus tard, dans l'affaire du vol de 52 kg de cocaïne à l'ex-siège de la police judiciaire, le 36, Quai des Orfèvres. Mais l'homme de 55 ans se défend aujourd'hui. "Rocancourt d'avant et Rocancourt d'aujourd'hui, c'est pas le même, les années sont passées", a-t-il promis à la barre. Le prévenu, lunettes fumées à montures épaisses, cheveux gris coiffés sur le côté pull bleu foncé sur pantalon noir et baskets, a bien changé. "J'étais escroc" et "aujourd'hui, j'ai évolué, j'ai changé", a-t-il ainsi déclaré, comme rapporté par l'AFP. Il se décrit comme l'auteur de sept livres, selon ses mots.

Toute cette histoire, si je peux me permettre (...) c'est un peu une histoire de cornecul

"Toute cette histoire, si je peux me permettre (...) c'est un peu une histoire de cornecul, on est pas dans la haute-voltige", a-t-il affirmé. Et d'enchaîner : "Je reconnais les faits de façon limpide", puis "j'assume". Dans cette affaire, Christophe Rocancourt dit "L'escroc des stars" est jugé aux côtés de 18 prévenus. Les faits de cette affaire à tiroirs remontent à 2014 et 2015. On le juge notamment pour avoir prêté 90.000 euros à l'avocat Marcel Ceccaldi, en échange d'intérêts conséquents. S'il avait reconnu ce prêt, il nie désormais à la barre. "J'ai dû l'aider de quelques deniers, des sommes dérisoires" et "je l'ai dépanné en lui amenant deux clients", mais "gratuitement", a-t-il fait savoir. Il est aussi soupçonné d'avoir sollicité le fondateur du GIGN, Christian Prouteau, rencontré sur un plateau de télé en 2010, pour qu'il intervienne dans le dossier de régularisation d'une Marocaine, cliente de Marcel Ceccaldi. Christophe Rocancourt admet aussi avoir exercé illégalement la profession de banquier, en prêtant des sommes à "une petite liste" de personnes à des taux usuraires de 30%. Et ne peut s'empêcher de glisser en souriant: "dans mon cas, avouez que c'est un peu drôle, banquier..."

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image