Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Intime conviction sur Arte : Interdiction de diffusion et amendes sévères...

6 photos
Lancer le diaporama

Acquitté en octobre dernier du meurtre de sa femme après deux condamnations à 20 ans de prison, le Dr. Jean-Louis Muller voulait faire interdire Intime Conviction, une fiction d'Arte inspirée de son histoire. Et l'ancien accusé a remporté son combat contre les producteurs et la chaîne puisque la Cour d'appel a confirmé hier, vendredi 28 février, l'interdiction du programme de télé et internet d'Arte, Intime Conviction. La cour d'Appel a entièrement enteriné les mesures prises par le premier juge des référés qui "sont strictement proportionnées à l'atteinte commise et sont seules de nature à faire cesser le trouble manifextement illicite actuellement subi par M. Muller". "C'est une mesure totalement excessive" a déploré l'avocat du producteur, Maha Productions, Maître Christophe Bigot, contacté par l'AFP.

Arte et Maha Productions sont également condamnés à verser 30 000 euros à Jean-Louis Muller pour son préjudice et 10 000 euros de frais de justice.

La justice interdit la diffusion

La veille, jeudi 27 février, la justice avait d'abord interdit la diffusion d'Intime conviction sur Arte. Car après une première diffusion le 14 février dernier, pour un succès d'audience, la chaîne franco-allemande prolongeait la fiction sur son site internet, permettant de suivre le procès d'assises jusqu'au 2 mars, avec d'ex-magistrats et vrais avocats, date à laquelle le verdict du jury et des internautes sera diffusé sur internet.

Une sorte de second procès, à la manière des spectacles de Robert Hossein, d'une affaire que la justice avait reconnue comme trop proche de celle du Dr. Jean-Louis Muller. "L'atteinte portée à la vie privée du docteur Jean-Louis Muller et le préjudice subi du fait du programme qui propose de le rejuger, et ce quelque soit l'issue du faux procès ou du résultat des votes des internautes, sont d'une telle ampleur que la demande de cessation de diffusion du programme sans délais (...) est justifiée", indiquait l'ordonnance. Le juge des référés avait alors ordonné au producteur, Maha Productions et au diffuseur Arte de "faire cesser toute diffusion du programme", sur quelque support que ce soit et sous astreinte de 50 000 euros, en attente de la décision des juges du fond puisque la procédére de référé est une procédure d'urgence.

"Une saloperie sans nom" et un mail troublant

Une décision qui avait choqué les avocats d'Arte et du producteur, qui ont décidé de faire appel. "Cette ordonnance est une véritable censure et nous interjetons immédiatement appel", avait réagi Me Christophe Bigot. A contrario, les représentants du Dr. Jean-Louis Muller s'étaient réjouis. "La justice se rend dans les palais de justice et pas ailleurs", avait ainsi déclaré Me Eric Dupond-Moretti, qui a notamment parlé d'une "saloperie sans nom" pour évoquer le programme. Un avocat qui s'en ai déjà pris à un téléfilm puisqu'il récemment annoncé vouloir attaquer GMT Productions, à qui l'on doit la fiction Vaugand avec Olivier Marchal, pour atteinte à son nom et à son image à des fins de promotions.

L'interdiction a été confirmée, malgré de nouvelles preuves. D'après Telerama, les avocats de la défense auraient en effet présenté un mail du docteur Muller envoyé aux producteurs indiquant qu'il avait apprécié le programme et ne l'avait pas ressenti comme une atteinte à la vie privée. Un document sensé semé le trouble sur les intentions du médecin et de ses avocats, Me Eric Dupont-Moretti et Jérémie Assous. Pourtant il n'en a rien été, puisque ce mail daté du 19 février (d'après nos informations) était écrit sur le mode " moqueur et grinçant" de la part du docteur Muller et que présenté pourtant comme "pièce de défense" à plusieurs journalistes, aucun ne s'y est risqué... sauf le journaliste de Telerama, mal informé ?

Succès d'audience - 1,4 million de téléspectateurs - Intime conviction de Rémy Burkel raconte l'histoire du Dr. Villiers (joué par Philippe Torreton), un médecin-légiste soupçonné du meurtre de son épouse, comme le Dr. Muller, condamné deux fois à 20 de prison pour le meutre de son épouse en 1999 mais finalement acquitté en octobre 2013.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image