Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Kate et Diana face à face: Deux mariages, deux baisers, deux maris, deux destins

A 30 ans d'intervalle, rapprochements visuels entre deux mariages fondamentalement différents... et connectés par la regrettée princesse Diana. Des marches de la cathédrale Saint-Paul (juillet 1981 - à droite) à celles de l'abbaye de Westminster (avril 2011).
9 photos
Lancer le diaporama
A 30 ans d'intervalle, rapprochements visuels entre deux mariages fondamentalement différents... et connectés par la regrettée princesse Diana. Des marches de la cathédrale Saint-Paul (juillet 1981 - à droite) à celles de l'abbaye de Westminster (avril 2011).

Il y a eu une petite hésitation. Des regards indécis, puis un petit baiser, du bout des lèvres. Fugace et tendre. Animé mais évanescent. Et puis il y a eu, quelques secondes plus tard, un vrai baiser. Un baiser de cinéma, enflammé, un baiser pour la légende du gotha, suivi d'un instant de gêne formidablement gracieux. A lui seul, le baiser échangé par le prince William et la princesse Catherine en disait plus long que les six mois de palabres, depuis l'annonce de leurs fiançailles en novembre 2010.

Car ce rituel, ce passage obligé depus le mariage de Charles et Diana, en pâture devant un million (ce 29 avril 2011) de loyaux sujets de Sa Majesté massés sur le Mall qui fait face au palais (ils étaient déjà autant lors du jubilé d'or de la monarque en 2002), a évolué au fil des ans, au fil des styles, au fil des unions et des amours, pour donner, en 2011, ce chef d'oeuvre de glamour et de réconfortante simplicité.

En novembre 1947, il n'y avait pas eu de baiser échangé par celle qui allait devenir la reine Elizabeth et son époux, Philip Mountbatten, qui arrivaient, comme William et Catherine, de l'abbaye de Westminster. En 1986, Sarah Ferguson et le prince Andrew, dans un style rocambolesque et tapageur qui n'appartient qu'à eux, haranguaient étrangement la foule pour ce fameux baiser. En 1981, il y avait bien eu un baiser, pour le prince Charles et la princesse Diana, défunte mère du prince William, mais très particulier...

30 ans après, le mariage de notre siècle fait de l'ombre au mariage du siècle dernier

L'agence photo Abaca, devant le spectacle du mariage du prince William et de Catherine Middleton, célébré ce 29 avril 2011 avec beaucoup de simplicité et d'émotion, a repensé à certains moments de la cérémonie de mariage du prince Charles et de Diana Spencer, en la grandiose et glaçante cathédrale Saint-Paul, le 29 juillet 1981 (un mariage qui avait été suivi par 750 millions de personnes et gagné le surnom de "mariage du siècle", expression qui a ressurgi aujourd'hui...), et a rapproché des scènes frappantes par leur similitude. Leur apparente similitude.

Outre les éléments de "décor", comme la robe signée Sarah Burton, dans un style rétro pourtant tellement plus moderne et décomplexé que celle que portait Diana, la coiffure de Catherine, qui a marqué les esprits comme le fit celle de Diana en son temps, on observe ainsi des plans parallèles. L'arrivée de deux mariées au bras de leur père, le départ des jeunes mariés dans le même landau découvert, le State Landau fabriqué en 1902 pour le couronnement d'Edouard VII et que la reine en exercice utilise pour les grandes occasions. Et ce fameux baiser censé être l'apothéose de ce fait d'une vie qui devient un fait d'histoire...

Sexy or not ? Le baiser qui dit tout...

Pour le Daily Mail, un expert en langage corporel, Peter Collett, décrypte la "prestation" de William et Catherine, et la compare à celles de Charles et Diana : "En 1981, il y avait des tas de signes indiquant que leur relation n'aurait pas un grand avenir, et la plupart émanaient de Charles. Il semblait malheureux, prêtait peu d'attention à Diana, et, au cours de la cérémonie, s'est frotté les yeux non pas une mais deux fois - un signe classique de tristesse, et, potentiellement, de regrets. Aujourd'hui, nous avons un tableau complètement différent, avec William et Kate tous deux d'une prestance majestueuse, et savourant ostensiblement le moment - William étonnamment sûr de lui et le couple complètement connecté. Quand ils ont prononcé leurs voeux, ils l'ont fait en se regardant dans les yeux, et il y a eu d'autres moments touchants lorsque la chorale a chanté, où ils ont montré une merveilleuse synchronisation, comme lorsque Late jetait un regard à William et que William le ressentait et lui rendait un regard plein d'amour."

Le baiser sur le balcon, une première fois très brève, puis une autre plus appuyée alors que les avions de la RAF passaient dans les cieux pour leur rendre hommage, ne dit rien d'autre. Il restera dans l'histoire aussi positivement que celui de leurs prédécesseurs le fit négativement. Car à l'inverse, le baiser échangé par Charles et Diana le 29 juillet 1981 n'avait rien de spontané ni de passionné. Image marquante : la foule les exhorte à s'embrasser. "Je ne ferai pas cette ânerie, ils veulent qu'on s'embrasse", aurait alors lancé Charles à sa jeune épouse, qui aurait répondu "Eh bien, et alors ?". Et de satisfaire le public en embrassant spontanément un prince Charles... nettement moins spontané. Pour un résultat frisquet... Là encore, l'image parle d'elle-même. Et on voit très nettement la différence entre le père et le fils : quand Charles attend sans flamme les lèvres de son épouse, qui se déboite le cou à se tendre vers lui, c'est William qui fait l'effort, à taille comparable, de se projeter vers sa bien-aimée. Pour un baiser plein de passion et de connivence, les pommettes saillant d'un sourire gourmand. En gros : un baiser 2011 très sexy contre un baiser 1981 très chaste.

L'absente-présente...

Outre l'engouement médiatique, les traits de comparaison abondent. Mais, plus que tout, les deux unions sont connectées par la mémoire de Lady Di. Ce 29 avril, elle a même été évoquée comme "la grande absente". Une formule plutôt malheureuse, qui a toutefois le mérite d'être explicite : son esprit veillait sur cette union et sur l'avenir de son fils, William.

William, d'ailleurs, fut le premier architecte des ponts entre son mariage et sa défunte mère, suivi sans réserve dans cette connexion spirituelle par sa dulcinée, Catherine Middleton. Ils l'ont dit (dans l'interview de leurs fiançailles), ils l'ont montré (par la bague sertie d'un saphir et de diamants que porte fièrement et respectueusement Catherine, qui fut autrefois une possession de Diana), ils l'ont signé (en demandant à ce que leurs cadeaux de mariage se résument à des dons au profit d'organisations caritatives qu'ils ont choisies).

Dans le déroulé même de la cérémonie menée en l'abbaye de Westminster, une église choisie pour son intimité (par oppositon à Saint-Paul) où William et Catherine ont convié essentiellement des proches mais peu de dignitaires des quatre coins du monde (ce qui avait en revanche été un élément incontournable de la noce de 1981), les jeunes mariés lui ont rendu hommage, demandant à ce que résonne dès le début de l'office l'air "Guide me, O thou great Redeemer", hymne joué aux obsèques de Lady Di et pour le dixième anniversaire de sa disparition.

Aux abords de Buckingham, sur le Mall, comme au pied de la Flamme de la liberté, près du pont de l'Alma à Paris, des photos et des hommages à Diana ont pris place dans cette journée dévolue à l'épanouissement de son fils.
Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel